NOUVELLES

Une forte explosion dans des bureaux de la police en Égypte fait 14 morts

23/12/2013 07:48 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

LE CAIRE, Égypte - Une forte explosion dans des bureaux de la police au nord du Caire, dans la région du delta du Nil, a tué au moins 14 personnes et en a blessé des dizaines d'autres, ont annoncé l'agence de presse officielle en Égypte et un responsable de la sécurité.

L'agence de nouvelles du Proche-Orient a affirmé que l'explosion est survenue, à 1 h 10 mardi, aux bureaux de la sécurité de Dakahlia dans la province de Mansour, entraînant l'effondrement de portions d'un édifice de cinq étages.

Le gouvernement intérimaire a accusé les Frères musulmans d'avoir orchestré l'attaque, parlant de l'action d'une «organisation terroriste versant le sang» sur son passage.

Un responsable de la sécurité a fait état de 14 morts et près de 100 blessés, un bilan qui risque de s'alourdir. La plupart des gens tués sont des policiers ensevelis sous les débris.

Le responsable a ajouté que l'enquête préliminaire laisse croire qu'une voiture piégée a causé l'explosion. Il a parlé sous le couvert de l'anonymat puisqu'il n'est pas autorisé à donner de l'information aux médias.

La télévision d'État appelait les résidants à se précipiter dans les hôpitaux pour faire don de sang.

L'attaque est survenue au lendemain d'une mise en garde d'un groupe s'inspirant d'Al-Qaïda, qui a exhorté la police et l'armée à se retirer ou à être anéantis par ces membres. Le groupe Ansar Beit Al-Maqdess — ou Champions de Jérusalem — a dit considérer que les troupes égyptiennes sont des infidèles car elles répondent aux ordres d'un gouvernement à tendance laïque et soutenu par les militaires.

Ce groupe et d'autres établis dans le Sinaï ont été blâmés pour une augmentation des attaques contre les forces de sécurité depuis le coup de force de juillet ayant renversé l'ancien président islamiste, Mohammed Morsi. En réaction, les forces armées égyptiennes ont lancé une offensive militaire contre les activistes dans la province du Sinaï Nord en août.

Prenant la parole lors d'une assemblée publique, lundi, le porte-parole militaire Ahmed Mohammed Ali a affirmé que les opérations à ce jour avaient résulté dans la mort de 184 activistes et l'arrestation de 803 autres.

Il a soutenu que 25 pour cent des gens tués et arrêtés sont des combattants étrangers, sans fournir davantage de détails. Ansar Beit Al-Maqdess entretiendrait des liens avec des activistes palestiniens dans la Bande de Gaza voisine.

PLUS:pc