NOUVELLES

RDCongo: l'armée arrête un chef rebelle accusé de crimes de guerre

23/12/2013 02:47 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

L'armée a arrêté lundi le chef rebelle congolais Shetani, dont la milice Maï Maï est accusée d'avoir commis des crimes de guerre dans l'Est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris de sources concordantes.

"M. Kakule Muhima, dit Shetani, (...) vient d'être capturé par les FARDC (armée gouvernementale) cet après-midi à Kiwanja", une localité de la province instable du Nord-Kivu, a indiqué dans une déclaration transmise à l'AFP Jean-Claude Bambanze, président de la société civile du territoire de Rutshuru, où se trouve Kiwanja.

L'armée a confirmé cette arrestation. "C'est vrai. Il était recherché pour crimes de guerre (...). Il sera déféré devant l'auditorat militaire de Goma (capitale du Nord-Kivu)", a déclaré à l'AFP, sans plus de précisions, le lieutenant-colonel Olivier Amuli, porte-parole des FARDC au Nord-Kivu.

D'après M. Bambanze, le chef des Maï Maï Shetani a été arrêté "après avoir pillé argent, téléphones et autres biens de valeur dans cinq maisons" d'un quartier de Kiwanja, où la Mission de l'ONU (Monusco) dispose d'une importante base et que l'armée a réoccupée après la défaite de l'ex-rébellion Mouvement du 23 mars (M23).

La milice d'auto-défense Shetani, d'ethnie nandé, qui a disputé à plusieurs reprises des territoires au M23, a commis "beaucoup de crimes", dont des "tortures, violences sexuelles, tueries", a souligné le responsable de la société civile.

Le 5 novembre, le M23, présumé soutenu par le Rwanda et l'Ouganda voisins, a mis fin à sa rébellion après une offensive musclée de l'armée et de la brigade d'intervention de l'ONU. Kinshasa a encouragé les dizaines de groupes armés actifs dans la région à déposer les armes, au risque de s'y voir contraints de force.

Depuis la chute du M23, plusieurs milliers de combattants ont déposé les armes. Kinshasa a promis qu'il n'y aurait pas d'impunité pour les auteurs de violences sexuelles, crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

hab/jpc

PLUS:hp