NOUVELLES

Obama souscrit symboliquement une assurance maladie via sa réforme

23/12/2013 02:11 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

Le président des Etats-Unis Barack Obama a symboliquement souscrit une couverture santé via sa réforme de l'assurance-maladie, cherchant à montrer l'exemple, a annoncé lundi un responsable de la Maison Blanche à l'AFP.

Selon ce responsable s'exprimant sous couvert de l'anonymat, le président, actuellement en vacances dans son Etat natal d'Hawaii (Pacifique), "s'est inscrit pendant le week-end à un forfait d'assurance-maladie rendu possible par la réforme" promulguée en 2010.

Ce geste est "symbolique", puisque M. Obama, en tant que président, est déjà couvert et dispose même d'une équipe médicale à demeure dans la Maison Blanche, a remarqué ce responsable.

Mais le président "est heureux de souscrire un forfait pour montrer son soutien à ces échanges qui fournissent une couverture santé de qualité et abordable à plus d'un million de personnes", selon la même source.

La réforme de l'assurance-maladie, grande promesse électorale de M. Obama en 2008, a été adoptée deux ans plus tard mais son volet central n'a été mis en place qu'en octobre dernier.

A partir de cette date, les Américains dépourvus de couverture maladie ont eu la possibilité de souscrire à des forfaits au niveau des Etats. L'idée est de faire baisser les coûts par mutualisation des risques, et des crédits d'impôts sont offerts aux foyers les plus modestes.

Mais le principal internet portail d'accès à ces marchés, "healthcare.gov", s'est avéré défectueux et a contraint l'administration à lancer une mise à jour en catastrophe.

Le président Obama a toutefois révélé vendredi, lors d'une conférence de presse, que depuis le 1er octobre, "plus d'un million d'Américains" avaient choisi de nouveaux forfaits d'assurance via le nouveau système.

L'annonce de lundi coïncide avec l'échéance des inscriptions pour pouvoir bénéficier d'une couverture dès le 1er janvier 2014.

Toutefois, le ministère de la Santé a accordé un délai de grâce de 24 heures, jusqu'à mardi soir, pour atténuer les effets d'une éventuelle bousculade en ligne, a expliqué un autre responsable de l'administration à l'AFP.

"Nous avons programmé nos systèmes pour permettre à ceux qui s'inscrivent jusqu'à la fin de la journée demain (mardi) de bénéficier d'une couverture à partir du 1er janvier", a expliqué ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Une porte-parole du ministère, Julie Bataille, a souligné que "beaucoup (d'Américains) ont décidé de prendre leur décision aujourd'hui (lundi) et nous sommes engagés à ce qu'ils puissent le faire".

Retarder l'échéance de 24 heures revient à proposer une "solution de repli" pour ceux qui essaieraient de souscrire une assurance lundi mais n'y parviendraient pas, a ajouté Mme Bataille dans un communiqué.

tq/jca/gde

PLUS:hp