NOUVELLES

Libération d'un Palestinien après une longue grève de la faim

23/12/2013 02:35 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

Samer Issaoui, un Palestinien détenu en Israël depuis juillet 2012 qui avait observé une longue grève de la faim pour obtenir sa libération, a été relâché lundi, a constaté un photographe de l'AFP.

Il avait accepté en avril de cesser sa grève de la faim, alors qu'il était hospitalisé dans un état critique, en échange d'une promesse de libération anticipée.

Aux termes de cet accord, M. Issaoui, accusé d'activités "terroristes" par Israël, devait être libéré au bout de huit mois à compter de la fin de sa grève de la faim et autorisé à regagner son domicile familial à Issawiya, un quartier de Jérusalem-Est occupé et annexé.

Des milliers de Palestiniens ont fêté son arrivée à Issawiya en klaxonnant et agitant des drapeaux des mouvements palestiniens, selon les témoins.

Arrêté en 2002 et condamné à 26 ans de prison pour "activités terroristes", Samer Issaoui avait été libéré en 2011 dans le cadre de l'échange d'un millier de prisonniers palestiniens contre le soldat israélien Gilad Shalit, détenu plus de cinq ans par le Hamas à Gaza.

Mais il avait été de nouveau arrêté en juillet 2012: Israël l'accusait de s'être rendu de Jérusalem-Est en Cisjordanie pour y établir des "cellules terroristes" et réclamait qu'il effectue le reste de sa peine.

Samer Issaoui, qui affirmait être allé en Cisjordanie uniquement pour faire réparer sa voiture, a refusé des propositions de libération sous condition de bannissement dans la bande de Gaza puis dans un pays de l'Union européenne (UE).

Ce militant du Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP, gauche radicale), était devenu une des figures emblématiques des prisonniers palestiniens.

Israël détient près de 5.000 Palestiniens, la plupart pour des motifs de sécurité, dont environ 150 en détention administrative, sans inculpation ni procès, et quelque 150 mineurs.

pho-mib/sst/agr/vl

PLUS:hp