NOUVELLES

Huit personnes condamnées aux Émirats arabes pour une vidéo satirique

23/12/2013 07:35 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

DUBAÏ, Émirats arabes unis - Un tribunal aux Émirats arabes unis a condamné huit personnes, dont un Américain et un Canadien, lundi, pour des peines allant jusqu'à un an d'emprisonnement, en lien avec une vidéo satirique sur la jeunesse à Dubaï.

La vidéo qu'elles ont produite et mise en ligne est un faux documentaire sur des jeunes aspirants «gangsta» dans la Ville-État.

Le quotidien étatique The National a indiqué que ces personnes avaient été accusées d'avoir porté atteinte à la réputation des Émirats arabes unis. Des militants ont indiqué que les accusations s'inscrivaient dans les lois sur la cybercriminalité adoptées en 2012 pour renforcer les sanctions contre la contestation des autorités.

Shezanne Cassim, un citoyen américain de 29 ans du Minnesota, est devenu le symbole des accusés après que sa famille eut initié des efforts pour mettre au jour la détention de plusieurs mois de l'homme à la suite de son arrestation en avril.

L'homme, qui est né au Sri Lanka et a déménagé à Dubaï pour le travail après avoir obtenu son diplôme à l'Université du Minnesota en 2006, s'est vu infliger lundi une peine de prison d'un an, selon Jennifer Gore, une porte-parole de la famille.

Deux accusés indiens ont fait l'objet de sentences similaires, alors que deux frères des Émirats arabes unis se sont vus infliger des peines de huit mois derrière les barreaux, selon The National. Un troisième frère a été grâcié.

Trois autres accusés un Canadien, un Britannique et un Américain — simplement identifiés par leurs initiales — ont été condamnés en leur absence à des peines similaires. Ils n'ont jamais été détenus par les autorités, et il est peu probable qu'ils purgent ces peines.

Les autorités des Émirats arabes unis ont sévi contre les usagers des réseaux sociaux au cours des deux dernières années, des dizaines de personnes ayant été arrêtées dans la région pour des gazouillis jugés offensants.

La vidéo au coeur de l'affaire a attiré l'attention de comédiens aux États-Unis. Le site Funny or Die, cofondé par Will Ferrell et Adam MacKay, a publié une autre vidéo plus tôt ce mois-ci pour attirer les projecteurs sur la situation de Shezanne Cassim.

PLUS:pc