NOUVELLES

Egypte: 14 morts dans un attentat à la voiture piégée contre la police (sources médicales)

23/12/2013 08:16 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

Au moins 14 personnes ont été tuées et une centaine d'autres blessées tôt mardi dans un attentat à la voiture piégée contre un bâtiment de la police dans le nord de l'Egypte, ont indiqué à l'AFP des sources médicales.

Les attaques contre les forces de l'ordre se sont multipliés dans le pays depuis la destitution le 3 juillet du président islamiste Mohamed Morsi par l'armée qui a promis une transition démocratiquement dont la première étape doit être un référendum constitutionnel prévu dans trois semaines.

La majorité des victimes de l'attaque menée dans la nuit dans la capitale provinciale de Mansoura sont des policiers, a précisé de son côté Omar al-Chaouatfy, gouverneur de la province de Daqahleya, à une centaine de kilomètres au nord du Caire.

Des responsables des services de sécurité ont précisé que le véhicule avait été piégé avec plusieurs dizaines de kilogrammes d'explosifs et que l'explosion avait été ressentie à une vingtaine de kilomètres à la ronde dans le delta du Nil. Des images de la télévision ont montré d'importants dégâts et des façades endommagées d'immeubles au milieu de nombreuses ambulances.

Un précédent bilan faisait état de neuf morts. Des sources de sécurité ont précisé que le général Sami el-Mihi, chef de la sécurité de la province, avait été blessé tandis que deux de ses collaborateurs figuraient parmi les morts.

L'Egypte s'est engagée au début de l'été dans un engrenage de la violence. D'une part, le nouveau pouvoir dirigé de facto par les militaires réprime dans le sang les manifestants pro-Morsi, une campagne qui s'est soldée à ce jour par plus d'un millier de morts et des milliers d'arrestations. D'autre part, des groupes jihadistes, dont certains liés à Al-Qaïda, revendiquent régulièrement des attentats contre la police et l'armée, dont plusieurs à la voiture piégée.

Depuis début juillet, plus d'une centaine de soldats et de policiers ont péri dans de telles attaques, en majorité dans la péninsule désertique du Nord-Sinaï.

Les autorités accusent régulièrement la confrérie de M. Morsi, les Frères musulmans, d'aider et de financer les auteurs de ces attaques.

mon-jds/sbh/mf

PLUS:hp