NOUVELLES

Angleterre - Arsenal-Chelsea: déclarations

23/12/2013 06:04 EST | Actualisé 22/02/2014 05:12 EST

José Mourinho (entraîneur de Chelsea):

"C'était un match tactique. Un match qu'Arsenal voulait gagner mais surtout ne voulait pas perdre, et pareil pour Chelsea. On a eu la meilleure occasion. Si on avait marqué, on gagnait. Défensivement, on a contrôlé la partie et notre gardien n'a rien eu à faire. On a laissé jouer Arteta de gauche à droite. On est bien dans le rythme, surtout si l'on se souvient que l'an passé Chelsea avait 11 points de retard à pareille époque. On a joué chez trois de nos plus gros rivaux et l'on n'a pas perdu. Dans le futur, on veut maintenant aller dans une autre direction. Je construis une équipe pour plusieurs saisons, pas juste une seule. On veut avoir des joueurs créatifs qui tiennent le ballon et tuent les adversaires. Mais il y a aussi certains matches où on l'on doit reculer d'un cran et jouer avec une philosophie différente. C'était très important de ne pas avoir cinq points de retard car ce n'était plus la même histoire, mais je ne dirais pas que je suis content. (Sur le pénalty refusé à Arsenal) Ils aiment pleurer. Les étrangers sont talentueux et ils amènent beaucoup de choses mais je préfère les joueurs anglais comme Lampard. Le foot est un sport de contact, ça se joue aussi sur la boue, sous la pluie, en hiver. Plusieurs fois, le public a montré des signes de frustration car il voulait sûrement voir autre chose de son équipe, mais je pense qu'Arsenal a joué son jeu (ironique, ndlr): passe de Sagna pour Arteta, Arteta pour Gibbs, Gibbs pour Arteta".

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal):

"On aurait dû gagner. Ils sont venus pour défendre et nous ont bien pris. On était un peu tendus au début mais on a pris le contrôle du match en 2e période. C'était un match sans vraiment d'occasions et on n'a pas su saisir notre chance. Dans ma tête, je n'ai aucun doute, il y avait pénalty sur Walcott. A 100%. Cela n'a pas changé l'équilibre du match et je sentais qu'on était assez forts pour s'en sortir autrement. De toute façon, on est habitués. On était un peu crispés parce qu'on avait pris six buts à City et c'était encore dans les têtes au coup d'envoi. Le championnat est serré. On traverse une phase difficile mais l'une des clés du succès pour une équipe est de savoir comment s'en sortir. On va y arriver. Si après le 1er match contre Aston Villa j'avais dit que l'on serait premiers, vous auriez répondu que j'étais complètement fou. On est là où l'on est, c'est-à-dire 2e et bien placés".

cd/pel

PLUS:hp