NOUVELLES
20/12/2013 06:07 EST | Actualisé 19/02/2014 05:12 EST

La monnaie turque poursuit sa baisse face au dollar et à l'euro

La livre turque a atteint vendredi un niveau historiquement bas face au dollar et l'euro après la réduction par la banque centrale des Etats-Unis (Fed) de son soutien à l'économie américaine et le scandale de corruption qui touche le gouvernement turc.

La monnaie nationale turque s'échangeait vendredi à la mi-journée à 2,094 livres pour un dollar contre 2,071 la veille et à 2,86 livres pour un euro contre 2,78 jeudi.

Après avoir ouvert à la baisse (-0,65%) dans le sillage des marchés émergents, le principal indice de la bourse d'Istanbul (BIST) s'est rétabli pour repartir légèrement à la hausse à la mi-journée (+0,15%).

Jeudi, le marché turc avait chuté de 3,2% en une seule journée.

Pour défendre la devise nationale, la banque centrale turque a décidé vendredi d'injecter des devises sur le marché par adjudications en raison de "la volatilité constatée sur les marchés", a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

"La décision de la banque centrale devrait faire retomber un peu la fièvre des devises mais la stabilisation sera longue", a commenté l'analyste Serhan Yenigün, de la société d'investissements Finansinvest.

La Fed a annoncé mercredi soir sa décision de réduire "modestement" le montant de ses injections de liquidités sur les marchés financiers.

Comme celles des autres pays émergents, l'économie turque traverse une période difficile depuis que la (Fed) a annoncé en mai son intention de réduire son soutien à l'économie et provoqué une dépréciation de sa devise, de plus de 11%.

La Turquie accuse toujours de forts déficits publics et un taux d'inflation à plus de 7% en rythme annuel. La crise en Europe, son principal partenaire économique, a aussi eu des impacts sur son bilan.

Le pays est en outre agité depuis mardi par un vaste coup de filet anticorruption visant des personnalités proches du Premier ministre islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan, dont les fils de trois ministres et le patron d'une banque publique.

Le scandale a secoué le parti gouvernemental à l'approche d'une année chargée d'élections, municipales et présidentielle.

BA/pa/ros

PLUS:hp