DIVERTISSEMENT
20/12/2013 09:39 EST | Actualisé 20/12/2013 09:40 EST

«30 vies» : un prof de religion qui en a lourd sur les épaules

Radio-Canada

L’année commence sur une note difficile pour Michel Marcotte (Benoît Brière). Sa femme, Marie (Mélanie Maynard), le quitte temporairement pour entreprendre une retraite fermée dans une école alternative où elle enseignera, emportant avec elle leurs deux enfants qui, eux, y seront élèves pensionnaires. Complètement subjuguée par le charisme du directeur Pierre Champagne (Rémy Girard), qui prône des méthodes d’éducation particulières, Marie n’a que faire des inquiétudes de Michel face à leur vie de famille et refuse de discuter calmement avec lui. Sa décision est sans équivoque. Est-elle amoureuse de son supérieur? Cette pédagogie non conventionnelle basée sur des principes de neuroscience tendra-t-elle vers un regroupement sectaire? On le découvrira au fil des semaines.

Si on se fie aux quatre premiers épisodes, présentés aux journalistes jeudi matin, les intrigues de la saison d’hiver de 30 vies risquent de nous surprendre et de nous dérouter. En introduisant pour la première fois une école alternative dans sa quotidienne, Fabienne Larouche suscitera sans doute des débats dans les chaumières. Les établissements scolaires traditionnels sont-ils plus efficaces pour instruire les enfants que ces institutions où on leur accorde une grande liberté et où on s’intéresse davantage au cheminement qu’aux résultats? Bien sûr, on soulèvera la question, sans apporter de réponse précise et sans porter de jugements. Guillaume Lemay-Thivierge, qui réalise les huit premières demi-heures de cette nouvelle mouture de 30 vies, a d’ailleurs lui-même jadis fréquenté une école alternative.

Qui plus est, son nouveau professeur vedette, Michel Marcotte, enseigne éthique et culture religieuse, une matière propice à la controverse. Bien avant que le débat sur la Charte des valeurs québécoises n’alimente les bulletins de nouvelles et tapisse les pages des journaux, Fabienne Larouche avait décidé de traiter de cette spécialité dans sa série. L’auteure et productrice a invité Benoît Brière chez elle pour le convaincre d’embarquer dans l’essoufflante aventure qu’est 30 vies et, ensemble, ils ont discuté de la psychologie du personnage. Et l’acteur a été épaté par la capacité de la dame à cerner ses traits de caractère et à les insuffler à son nouvel alter ego.

«J’avais l’impression qu’elle savait plein d’affaires sur moi», a-t-il rigolé.

Homosexualité musulmane

Ce Michel Marcotte, donc, donne un cours d’éthique et culture religieuse à forte saveur philosophique et penchant un brin vers l’histoire. L’homme est très apprécié de ses étudiants de secondaire quatre, qu’il traite avec respect tout en leur imposant une douce autorité.

Et il inspire suffisamment confiance au jeune Sammy Azoulay (Théodore Chouinard-Pellerin) pour que celui-ci sollicite son aide devant un épineux problème. D’origine marocaine, le garçon se dit athée et est élevé de façon plutôt libre par son père et sa mère, Alia (Sabine Karsenti). Il entretient avec un camarade, Jahan, une amitié très particulière, qui se mue peu à peu en sentiment amoureux. Mais Jahan, lui, évolue dans un milieu musulman intégriste extrêmement strict, où l’homosexualité est considérée comme une calamité, une souffrance. Le jeune homme subira d’ailleurs un traitement particulièrement cruel de la part de son père lorsque ce dernier commencera à se douter de son orientation. Sammy voudrait que Michel l’aide à faire accepter la situation aux parents de son copain. Mais une maladresse de notre nouveau héros bousculera les événements. Le cas est-il trop lourd pour Michel, présentement fragile en raison de son couple qui bat de l’aile?

Théodore Chouinard-Pellerin, qui joue pour la première fois à la télévision, est très juste dans le rôle de Sammy et défend à merveille certaines scènes troublantes. Quelques-uns dénoteront peut-être chez lui des ressemblances avec sa mère, la danseuse et chorégraphe Marie Chouinard. Plus tard dans la saison, on fera aussi la connaissance de Léanne Meloche, interprétée par Lou Vincent-Desrosiers, fille de la comédienne Isabelle Vincent et du réalisateur Claude Desrosiers.

D’autres surprises

La pression est donc énorme sur les épaules de Michel Marcotte, qui doit en plus prendre soin de sa jeune sœur, Jessica (Julie Ringuette), une jolie fille au tempérament frondeur, apparemment très brillante, mais qui se relève d’un passé nébuleux. On comprend rapidement que consommation et prostitution ont jalonné son parcours. Jessica habite un appartement adjacent à celui de Michel et travaille comme serveuse dans un café.

En arrière-plan, l’école du Vieux-Havre sera le théâtre de plusieurs soubresauts, alors que Raphaël (Benoît McGinnis) désespère toujours de voir revenir Élisabeth (Mariloup Wolfe), dont le séjour dans l’univers de 30 vies vient de se terminer. Ariane (Nathalie Mallette) a bien du mal à composer avec le caractère un peu distant de Michel, qui s’entend toutefois comme larrons en foire avec Stéphane Boudrias (Louis Champagne), un ami de toujours. La solitude commence à peser à Richard Sanscartier (Dan Bigras) et, à peine embauchée, la psychologue Émilie Charlebois (Myriam LeBlanc) fait déjà sentir sa présence.

30 vies reprendra l’antenne d’Ici Radio-Canada Télé le lundi 6 janvier prochain, à 19h.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 films à voir durant le temps des fêtes