NOUVELLES
19/12/2013 02:00 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

L'immunothérapie anti-cancer, avancée scientifique n°1 en 2013 pour Science

L'utilisation de l'immunothérapie pour combattre le cancer a été l'avancée scientifique la plus significative en 2013, selon le palmarès annuel des 10 découvertes les plus importantes de l'année établi par la prestigieuse revue américaine Science.

La recherche sur le cancer a connu un bouleversement cette année alors que cette approche pour lutter contre cette maladie, en développement depuis plusieurs décennies, a finalement révélé son potentiel thérapeutique, expliquent les responsables éditoriaux de Science dans la dernière livraison hebdomadaire de l'année, datée du 20 décembre.

Plusieurs essais cliniques d'immunothérapie --un traitement qui agit sur le système immunitaire, dont notamment les lymphocytes T pour qu'ils s'attaquent aux tumeurs--, se sont révélés très prometteurs surtout contre des cancers agressifs comme le mélanome quand les autres thérapies avaient échoué.

"Cette année, l'immense promesse que représenté l'immunothérapie du cancer fait peu de doute" même s'il faut encore rester prudent vu que le petit nombre de patients traités, écrit Tim Appenzeller, rédacteur en chef de Science. Il souligne aussi le fait qu'"un grand nombre de cancérologues sont désormais convaincus d'assister à un tournant important dans le traitement du cancer".

Un grand nombre de ces avancées en immunothérapie du cancer remonte à la découverte à la fin des années 80 par des chercheurs français d'un récepteur sur les cellules T qui les empêchent d'attaquer les tumeurs cancéreuses avec toute leur force. Des expériences sur des souris avaient alors montré qu'en neutralisant ce récepteur, ces cellules clé du système immunitaire réduisaient considérablement les tumeurs cancéreuses chez ces animaux.

Plus récemment, en 2006, des chercheurs japonais ont identifié un nouveau récepteur freinant l'action anti-cancer des cellules immunitaires et les premiers essais clinique sur des patients sont prometteurs, rappelle Science.

En 2011, la modification génétique des cellules T afin de les programmer pour détruire les tumeurs, suscite aussi beaucoup d'enthousiasme dans la communauté médicale et fait l'objet d'un grand nombre d'essais cliniques surtout chez des patients atteints de leucémie.

Signe de l'important potentiel de l'immunothérapie, nombre de laboratoires pharmaceutiques investissent désormais beaucoup dans cette nouvelle approche de traitement contre le cancer après l'avoir ignorée pendant plusieurs années, selon Science.

Outre, l'immunothérapie du cancer, Science a retenu neuf autres percées scientifiques en 2013 dont voici la liste :

+ Une technique de modification des gènes appelée CRISPR, inspirée d'un mécanisme découvert dans des bactéries et que celles-ci utilisent pour se protéger. Des chercheurs l'ont adapté pour manipuler le génome de plantes, d'animaux ou de cellules humaines. Le CRISPR a été l'une des découvertes vedette en recherche biomédicale en 2013.

+ Les cellules photovoltaïque en pérovkite. Il s'agit d'une nouvelle génération de matériaux meilleur marché permettant de produire plus facilement et à moindre coût des panneaux solaires.

+ La biologie structurale, utilisée pour la première fois dans la production d'un vaccin. Cette technique utilise la structure d'un anticorps pour concevoir un immunogène, l'agent actif du vaccin.

+ La technique d'imagerie dite CLARITY qui rend les tissus cérébraux transparents et les neurones visibles, permettant aux chercheurs d'explorer le cerveau comme jamais auparavant.

+ Des mini-organes humains cultivés in vitro se rapprochent de bourgeons de foie, de mini-reins ou de cerveaux miniatures qui pourraient être de bien meilleurs modèles que les animaux pour la recherche.

+ L'identification de la source, longtemps mystérieuse, des rayons cosmiques dans des débris de supernova, des étoiles qui ont explosé.

+ Des recherches sur des souris ont montré que le sommeil était essentiel pour que le cerveau puisse se nettoyer en augmentant l'espace entre les neurones, ce qui permet une plus grande circulation des fluides.

+ Des travaux sur les milliers de milliards de bactéries peuplant notre corps ont montré leur importance pour la santé et pour mettre au point des traitements personnalisés plus efficaces contre des maladies .

js/mdm

PLUS:hp