NOUVELLES
19/12/2013 09:17 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le policier en chef d'Istanbul est congédié après une enquête pour corruption

ANKARA, Turquie - Le policier en chef d'Istanbul a été remercié jeudi, quelques jours après que la police turque ait procédé à plusieurs perquisitions et arrêté des dizaines de personnes dans le cadre d'une enquête pour corruption.

Cette enquête a notamment éclaboussé les fils de trois ministres, ébranlant le gouvernement du premier ministre Recep Tayyip Erdogan à quelques semaines de la tenue d'élections.

Le chef de la police Huseyin Capkin a confirmé aux journalistes qu'il a été démis de son poste et rappelé à la capitale, Ankara.

Le gouvernement a congédié des dizaines d'autres policiers à Ankara et Istanbul — dont certains qui ont supervisé l'enquête et les perquisitions — ce qui a mené certains détracteurs du gouvernement islamique à l'accuser de chercher à enterrer un scandale.

La police a épinglé et questionné 51 personnes mardi, dont le patron d'une banque publique et le maire d'un quartier d'Istanbul qui est un bastion de M. Erdogan. Neuf personnes ont été libérées mercredi, sans que des accusations n'aient été déposées contre elles.

M. Erdogan affirme que cette enquête est en fait un complot pour salir la réputation de son gouvernement et il a promis de sévir contre ceux qui en sont responsables.

Le gouvernement a aussi promis de ne pas interférer avec l'enquête, en dépit du congédiement du chef de la police. Le gouvernement a nommé deux nouveaux procureurs pour superviser l'enquête.

Plusieurs estiment que cette opération policière découle d'un conflit de plus en plus important entre le gouvernement du premier ministre Recep Tayyip Erdogan et un influent leader religieux installé aux États-Unis, Fethullah Gulen, dont les partisans seraient solidement implantés au sein de la police et de l'appareil judiciaire du pays.

PLUS:pc