NOUVELLES
19/12/2013 07:31 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

Le PDG de Postes Canada contemple l'avenir de la société d'État

TORONTO - Le dirigeant de Postes Canada, Deepak Chopra, a bien hâte de discuter de l'annonce choc ayant poussé les gens à parler de l'avenir du service d'expédition d'Amazon — la livraison par drone.

Le président de la société d'État est fasciné par le projet-pilote aérien du géant de la vente en ligne qui, plus tôt ce mois-ci, a fait les manchettes un peu partout à travers le monde.

Dans une entrevue accordée jeudi aux bureaux torontois de Postes Canada, M. Chopra a toutefois reconnu que si ces technologies étaient intéressantes, il faudra encore plusieurs décennies pour les perfectionner.

Au Canada, le service postal est d'ailleurs bien loin d'envisager la livraison de petits paquets à l'aide d'appareils sans pilote. Mais le service ayant vu le jour en 1867 a posé un geste sans précédent, la semaine dernière, lorsqu'il a annoncé une transformation sur une période de cinq ans qui entraînerait la disparition de milliers d'emplois, une hausse du prix des timbres et la fin de la livraison à domicile.

Le changement a pris plusieurs Canadiens par surprise, tout comme plusieurs groupes communautaires n'ayant pas réalisé que l'élimination de la livraison à la porte était sérieusement envisagée.

Selon M. Chopra, il s'agissait «très clairement» de l'une des options présentées lors de dizaines de rencontres tenues au cours de la dernière année.

«Nous faisons face à des choix très difficiles — il ne s'agit pas d'un secteur disposant du luxe de ne rien faire», a-t-il dit.

Postes Canada est dans une situation complexe, alors qu'elle tente d'évoluer en fonction des changements technologiques, tout en récupérant ce qui peut être sauvé de ses activités en difficulté et en gérant un manque à gagner de 6,5 milliards $ au sein de son régime de retraite.

Plusieurs éléments des grandes transformations envisagées ne sont pas encore connus, d'autant plus qu'il est impossible de connaître le véritable délai nécessaire pour en finir avec la livraison au porte à porte.

Si la société d'État a mentionné que les deux tiers des ménages canadiens utilisaient déjà des boîtes postales communautaires, cela laisse malgré tout 5,1 millions de personnes recevant leur courrier à la porte.

À la suite de consultations nationales, Postes Canada a entre autres constaté que les gens seraient heureux si la livraison à la porte n'avait lieu que quelques jours en semaine, plutôt que du lundi au vendredi, du moment que le service est fiable.

M. Chopra a quant à lui été interrogé par des députés fédéraux, mercredi, en commission parlementaire, alors qu'il parlait de l'avenir de l'entreprise.

PLUS:pc