NOUVELLES
19/12/2013 05:28 EST | Actualisé 18/02/2014 05:12 EST

La France devrait connaître une "reprise poussive" début 2014, sans baisse du chômage (institut)

L'institut officiel français de statistiques attend une "reprise poussive" de l'économie française au début de 2014, année qui devrait être marquée par une "quasi-stabilité" du chômage au premier semestre, a annoncé jeudi un responsable de cet institut.

"La croissance sera vigoureuse en France au quatrième trimestre (2013, ndlr) mais la reprise sera vraisemblablement poussive", a déclaré Cédric Audenis, chef du département conjoncture de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), présentant à la presse les dernières projections de l'institut.

Il a fait état d'un climat des affaires qui stagne depuis deux mois et dit qu'il n'y a "toujours pas de trace de reprise dans la construction".

L'Insee a confirmé ses prévisions de hausse du produit intérieur brut (PIB) de 0,4% au quatrième trimestre 2013 et de 0,2% sur l'ensemble de l'année.

En ce qui concerne l'année prochaine, l'Insee prévoit une hausse du PIB de 0,2% au premier ainsi qu'au deuxième trimestre, portant l'acquis de croissance à +0,7% à fin juin 2014.

L'institut n'a pas avancé de prévision pour 2014 mais a indiqué que si le PIB grignotait +0,2% chaque trimestre, "on arriverait à +0,9% en moyenne annuelle pour 2014". C'est l'hypothèse retenue par le gouvernement dans son budget.

En ce qui concerne l'emploi, l'Insee anticipe une "très légère hausse du chômage" d'ici fin juin 2014 à 11%, contre 10,9% à fin septembre 2013.

"Il n'y a pas de signal que le chômage redémarre au deuxième trimestre. On arrive à une quasi-stabilité à fin juin", a commenté Laurent Clavel, chef de la division synthèse conjoncturelle de l'Insee. "Le marché du travail n'a aucune impulsion".

Ainsi, l'Insee s'attend à 76.000 créations nettes d'emploi sur les trois prochains trimestres, "pas assez" pour compenser la hausse de la population active (+113.000 personnes).

Pour sa part, le gouvernement du Premier ministre Jean-Marc Ayrault estime que l'inversion de la courbe du chômage, promise par le président François Hollande avant la fin de l'année, est "amorcée". "Nous y sommes quasiment", a déclaré jeudi soir M. Ayrault.

elm/lum/bpi/DS/plh

PLUS:hp