POLITIQUE
19/12/2013 05:13 EST | Actualisé 19/12/2013 05:13 EST

Feu vert environnemental sous conditions pour Northern Gateway

Getty
Enbridge Inc. signage is displayed outside of the company's corporate office in Toronto, Ontario, Canada, on Friday, Oct. 28, 2011. Enbridge Inc. provides energy transportation, distribution, operates crude oil and liquids pipeline systems, natural gas transmission for midstream businesses in North America and internationally. Photographer: Brent Lewin/Bloomberg via Getty Images

La commission fédérale d'examen environnemental recommande l'approbation du projet d'oléoducs Northern Gateway, sous conditions.

La commission se penche depuis 2010 sur le projet controversé qui acheminerait du pétrole brut des sables bitumineux jusqu'à la côte ouest, pour ensuite être transporté vers les marchés asiatiques.

La commission recommande toutefois 209 conditions auxquelles le projet devrait être assujetti.

Le gouvernement fédéral, qui s'est déjà prononcé en faveur du projet, devra ultimement décider s'il peut aller de l'avant.

Par voie de communiqué, le ministre des Ressources naturelles fédéral décrit l'évaluation de la commission comme étant « rigoureuse, ouverte et complète ».

« Maintenant que nous avons reçu le rapport, nous allons l'examiner soigneusement, nous consulterons les groupes autochtones touchés, puis nous prendrons notre décision », écrit Joe Oliver.

Le mandat de la commission

La commission indépendante, mandatée par le ministre fédéral de l'Environnement et l'Office national de l'énergie, devait évaluer les effets sur l'environnement du projet de terminal et d'oléoducs proposé par la compagnie Enbridge.

Le projet

Le projet de 6,5 milliards de dollars permettrait à l'Alberta, qui n'a pas d'accès à la mer, d'étendre son bassin de consommateurs au-delà des États-Unis, vers les lucratifs marchés pétroliers asiatiques.

Enbridge veut construire un terminal maritime à Kitimat, en Colombie-Britannique, ainsi que deux pipelines d'environ 1170 kilomètres entre ce terminal et Bruderheim, en Alberta.

Le premier des deux pipelines, d'un diamètre extérieur de près d'un mètre, transporterait en moyenne 525 000 barils par jour de produits pétroliers vers l'ouest, jusqu'au terminal de Kitimat.

Le second, d'un diamètre extérieur d'un demi-mètre, transporterait en moyenne 193 000 barils de condensats par jour vers l'est, jusqu'à Bruderheim. Les condensats permettent de diluer les produits pétroliers en préparation pour leur transport par oléoduc.

Le pétrole brut serait ensuite transporté par bateau, principalement vers les marchés d'Asie, pour y être raffiné.

Comprendre les projets de pipelines

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.