NOUVELLES
19/12/2013 03:57 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Bruxelles et Berlin vont enterrer la hache de guerre sur l'énergie, prédit Oettinger

Le commissaire européen Günther Oettinger prédit que Berlin et Bruxelles, engagés dans un bras de fer sur des allègements de factures d'électricité accordés aux industriels allemands, vont enterrer la hache de guerre dans les six à dix mois à venir.

"Nous sommes pleins de bonne volonté à Bruxelles et aussi à Berlin", a déclaré jeudi à une radio allemande le commissaire à l'Energie, lui-même allemand.

La Commission européenne et le nouveau gouvernement allemand, en fonction depuis mardi, vont négocier et "on pourra résoudre le problème sous six à dix mois par une réforme de la législation allemande sur l'énergie conforme au droit européen, c'est notre objectif", a déclaré M. Oettinger.

La Commission a annoncé mercredi le lancement d'une enquête approfondie sur la loi allemande sur les énergies renouvelables, et plus particulièrement sur les mécanismes qui permettent à certaines industries gourmandes en électricité d'être partiellement exemptées d'une surtaxe dont les recettes servent à subventionner les renouvelables. Bruxelles voit dans ces ristournes une possible distorsion de la concurrence.

La chancelière Angela Merkel a promis en réaction de défendre ce privilège à l'industrie, indispensable pour préserver des emplois.

D'ores et déjà les partenaires de la nouvelle coalition aux manettes à Berlin ont indiqué vouloir réformer le plus vite possible la législation sur les renouvelables, mais ils comptent conserver le mécanisme d'exemption de l'industrie.

"Les critères sont-ils les bons, les contours sont-ils les bons ?", s'est interrogé à la radio M. Oettinger, laissant entendre que Bruxelles n'avait rien contre la règle en soi et pourrait s'accommoder d'une limitation de son champ.

"Nous avons besoin de six mois et nous trouverons une solution", a-t-il assuré.

mtr/oaa/ros

PLUS:hp