NOUVELLES
18/12/2013 08:23 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Trois nouvelles victimes dans l'affaire du CHSLD de St-Lambert

La liste des accusations contre deux anciennes employées du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Saint-Lambert-sur-le-Golf s'allonge. Et le nombre de victimes présumées dans cette affaire est passé de deux à cinq.

Ainsi, mardi, au palais de justice de Longueuil, l'une des travailleuses, Immacula Eugène, 51 ans, a comparu : elle fait face à quatre accusations de voies de fait et d'une accusation de vol de médicaments.

Il y a un peu plus d'une semaine, Immacula Eugène et son ancienne collègue, Marie-Margaret Pétimé, avaient été accusées de trafic de stupéfiants. De plus, les deux anciennes préposées auraient administré une substance délétère à une octogénaire, en juillet dernier, à deux reprises. La victime, Denise Beaulieu, est morte deux mois après les faits allégués.

Marie-Margaret Pétimé, 46 ans, a été remise en liberté, mais Immacula Eugène demeure en détention.

Les deux accusées travaillaient depuis 2010 dans ce centre d'hébergement de Saint-Lambert. Elles ont été congédiées en septembre lorsque la direction du CHSLD a pris connaissance des événements. Les policiers ont entrepris leur enquête en novembre, à la suite d'une plainte. L'Agence de la santé et des services sociaux de la Montérégie, (dont relève le CHSLD en question), de même que le Groupe Savoie (qui a érigé ledit CHSLD en partenariat public privé avec le gouvernement), ont mandaté de concert un enquêteur dans cette affaire. 

PLUS:rc