NOUVELLES
18/12/2013 12:58 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Soudan du Sud: la violence s'étend, 19 morts supplémentaires (ONU)

Les affrontements entre factions rivales de l'armée au Soudan du Sud se sont étendus hors de la capitale Juba, et ont atteint l'Etat de Jonglei (est), où 19 civils ont été tués, a rapporté mercredi la Croix Rouge, citée par l'ONU.

L'ONU avait déjà fait état mardi de 500 morts et 800 blessés depuis dimanche, lors d'affrontements à Juba, située dans l'Etat d'Equatoria-central (sud).

Les derniers combats se sont déroulés à Bor, la capitale de l'Etat de Jonglei (est), a précisé mercredi le porte-parole des Nations unies, Martin Nesirky. Celui-ci a également noté que les tensions étaient de plus en plus vives dans d'autres Etats du pays.

"Les tensions s'accroissent dans les Etats du Nil supérieur et de Unité", deux Etats situés au nord-est du pays, a ajouté M. Nesirky. Celui-ci a cependant noté que la situation s'était apaisée à Juba ces dernières heures.

Des membres de Nations unies au Soudan du Sud ont également fait état de combats dans la ville de Torit, capitale de l'Etat d'Equatoria-Oriental (sud-est).

Le président sud-soudanais Salva Kiir, de l'ethnie Dinka, a annoncé mercredi vouloir "parler" avec son rival Riek Machar, un Nuer, qu'il accuse d'avoir fomenté contre lui un coup d'Etat ayant débouché sur les combats qui sévissent actuellement.

"Il s'agit d'une crise politique, qui doit être résolue rapidement par le dialogue. Cette violence risque de s'étendre à d'autres Etats du pays, et nous en avons déjà perçu des signes", avait prévenu précédemment le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon.

Près de 20.000 personnes se sont réfugiées sur deux bases de l'ONU à Juba, où nourriture et eau commencent à manquer.

Dix hautes personnalités ont été arrêtées, selon le gouvernement, dont huit anciens ministres du cabinet limogé en juillet en même temps que M. Machar.

Le secrétaire général de l'ONU a souligné à cet égard qu'il était "essentiel de protéger les droits de l'homme de tous les détenus. Les personnes mandatées pour le vérifier doivent avoir plein accès aux prisonniers. Les forces de sécurité doivent agir en pleine conformité avec les lois internationales en la matière".

Les Nations unies disposent d'une conséquente force de maintien de la paix au Soudan du Sud, la plus jeune nation du monde, devenue indépendante du Soudan en 2011 et qui compte quelque dix millions d'habitants.

tw/bdx/are

PLUS:hp