NOUVELLES
18/12/2013 05:03 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Maria Mourani qui désavoue la cause indépendantiste déçoit profondément la SSJB

MONTRÉAL - En désavouant la cause indépendantiste, Maria Mourani déçoit dans les rangs souverainistes. Le président de la Société Saint-Jean-Baptiste estime que l'ancienne députée bloquiste fait preuve d'incohérence.

Dans une lettre rendue publique mercredi, Mme Mourani se dit désormais convaincue de la pertinence du système fédéral canadien. Elle soutient aussi que la Charte canadienne des droits et libertés protège mieux l’identité québécoise.

Des propos qui ne font aucun sens, selon Mario Beaulieu, président de la SSJB qui avoue ne pas comprendre. D'autant plus qu'ils proviennent d'une membre fondatrice du Mouvement Montréal français, a-t-il souligné à La Presse Canadienne.

Mario Beaulieu regrette l'absence de consultation des électeurs qui lui ont accordé un mandat sous une bannière indépendantiste et déplore aussi le moment choisi pour prendre une telle décision, alors que le Québec subit, à son avis, l'une des pires campagnes francophobes.

Ironiquement, Maria Mourani a obtenu en 2012 le titre de Patriote de l'année de la part de la Société Saint-Jean-Baptiste. Même si Mario Beaulieu n'a pas l'intention de lui retirer ce titre, il a reconnu qu'en attribuant un tel honneur, le désir est évidemment que les récipiendaires poursuivent la défense de la cause.

Et non qu'ils retournent leur veste.

«Elle a mérité son prix pour ses actions passées, mais de prétendre que la Charte canadienne protège l'identité québécoise, on aimerait bien savoir où et comment», a dit M. Beaulieu.

«Cette Charte canadienne a servi à défaire la Loi 101, promouvoir le multiculturalisme pour noyer l'identité québécoise. C'est vraiment très décevant de la part de Maria Mourani», a-t-il ajouté.

Mario Beaulieu soutient avoir parlé à Mme Mourani ces dernières semaines pour lui dire que les divergences entre certains ténors souverainistes ne devaient pas faire en sorte de conclure que la cause n'est plus valide. Il affirme qu'elle lui avait alors assuré qu'elle croyait toujours à la cause indépendantiste.

«Elle semble avoir changé d'opinion. Est-ce que c'est par opportunisme ? On ne le sait pas», a-t-il tranché.

PLUS:pc