NOUVELLES
18/12/2013 11:32 EST | Actualisé 17/02/2014 05:12 EST

Contacts avec la mafia: les dirigeants de la fédération japonaise de golf démissionnent en bloc

Les dirigeants de l'Association des golfeurs professionnels du Japon (PGA) ont démissionné en bloc après la révélation que deux de leurs membres influents avaient plusieurs fois joué et dîné avec un chef yakuza, la mafia japonaise.

Selon l'agence de presse Jiji, les 91 membres du bureau de la PGA, y compris son président Shizuo Mori, ont décidé de rendre leur tablier pour tenter de redorer le blason de l'association suite à la découverte que, de mars à juin derniers, le vice-président et le directeur du bureau avaient taquiné la balle et dîné avec un grand chef yakuza de l'île méridionale de Kyushu.

Les deux hommes ont été exclus de la PGA en octobre dernier, car celle-ci interdit à ses adhérents d'avoir le moindre contact avec des membres de la pègre qui, eux, sont strictement interdits de green.

"Nous prenons l'affaire très au sérieux, et nous allons faire en sorte que cela ne se reproduise pas", a déclaré à l'agence Jiji l'actuel vice-président de la PGA, Nobuyuki Abe, pour expliquer la démission en bloc des instances dirigeantes.

Fin juin, la police de la préfecture de Fukuoka (île de Kyushu) avait arrêté cinq patrons du clan yakuza local pour avoir tapé la balle sur un parcours de golf sous de fausses identités. Outre la passion pour le golf que les yakuza partagent avec des millions de Japonais, les greens sont un endroit idéal pour parler affaires en toute tranquillité.

Les cinq truands ont été relâchés quelques jours plus tard.

Comme la mafia italienne ou les triades chinoises, les yakuza sont actifs dans un large éventail d'activités lucratives allant du jeu au trafic de drogue et à la prostitution, en passant par l'usure et le racket. Ils disposent aussi d'intérêts dans la finance et l'immobilier.

Officiellement, les organisations yakuza ne sont pas illégales et leurs activités ont longtemps été tolérées par les autorités, mais l'arsenal législatif antimafia s'est renforcé ces dernières années et les syndicats du crime sont davantage inquiétés par la police.

En 2012, selon des chiffres de la police, le nombre de yakuza a chuté de 28% par rapport à il y a dix ans, mais il en reste tout de même environ 63.000.

sps-jlh/pn/ob

PLUS:hp