NOUVELLES
17/12/2013 08:51 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Syrie: 18 morts dans de nouveaux raids de l'armée de l'air sur Alep (ONG)

Au moins 18 personnes, dont deux enfants, ont péri mardi dans de nouveaux raids aériens sur un quartier rebelle d'Alep, la métropole du nord ensanglantée depuis deux jours par des frappes de l'armée de l'air, selon une ONG.

Les raids ont tué dans la matinée 15 personnes dans le quartier de Chaar, et trois dans celui de Maadi, dans l'est de ce qui fut autrefois la capitale économique de Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Deux enfants, un adolescent et une femme figurent parmi les victimes. Les quartiers de Katarji et Dahr Awad, toujours à l'est, ont également été visés par des raids.

Dimanche, l'armée de l'air avait mené un de ses raids les plus meurtriers, avec 76 personnes dont 28 enfants tués dans dans des quartiers rebelles de l'est d'Alep. Lundi, 20 personnes, dont quatre enfants, ont également péri dans des raids aériens.

Selon l'OSDH et des militants, l'armée utilise dans sa guerre contre les insurgés des "barils d'explosifs" remplis de TNT qu'elle largue à partir d'hélicoptères et d'avions militaires.

Il s'agit de barils en métal tapissés d'une couche de béton et remplis de TNT "pour faire un maximum de destructions et de morts", selon l'OSDH.

Une source de la sécurité syrienne a réfuté l'utilisation de barils, affirmant à l'AFP que "des bombes ont été larguées sur Alep".

Une autre source de la sécurité a néanmoins précisé que l'armée préfère utiliser ces barils au lieu des missiles qui sont plus onéreux car importés de Russie.

"Il y a clairement une escalade de la part du régime dans le bombardement des quartiers rebelles à Alep, pour terroriser les habitants de ces zones", affirme à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

"D'habitude, ce genre de bombardements intensifs sur plusieurs jours traduit une volonté de l'armée d'avancer" vers les zones rebelles, explique-t-il.

Selon lui, la majorité des quartiers visés se situent dans l'est de la ville, tenu par les rebelles, et à la périphérie de zones contrôlées par le régime dans la province d'Alep, un des principaux fronts de la guerre.

Ces deux derniers mois, l'armée est parvenue à reprendre des villes et des localités à l'est d'Alep, avançant un peu plus vers les quartiers est de la métropole.

ram-kam/feb/cnp

PLUS:hp