NOUVELLES
17/12/2013 11:55 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Soudan du Sud: 13.000 civils réfugiés sur des bases de l'ONU, selon Ban

Jusqu'à 13.000 civils se sont réfugiés sur des bases de l'ONU au Soudan du Sud pour échapper aux combats opposant des factions rivales de l'armée, a déclaré mardi le secrétaire général de l'ONU, qui a évoqué la situation avec le président sud-soudanais.

Ban Ki-moon a appelé le président Salva Kiir à faire "une offre de dialogue" à ses opposants pour mettre un terme aux combats qui ont débuté dimanche, a précisé son porte-parole Martin Nesirky. La Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss) avait auparavant évoqué le chiffre de 10.000 civils réfugiés dans les deux bases de l'ONU à Juba.

Des combats ont repris mardi à Juba et se sont poursuivis jusqu'au début de l'après-midi, au lendemain de précédents affrontements, attribués par le président Salva Kiir à une tentative, mise en échec, de coup d'Etat menée par l'ex-vice-président Riek Machar, soutenu par une partie de l'armée.

Ban Ki-moon s'est entretenu au téléphone avec Salva Kiir et a évoqué les combats qui ont fait plusieurs dizaines de morts parmi les soldats sud-soudanais. Le Conseil de sécurité de l'ONU doit évoquer en urgence le Soudan du Sud dans la journée de mardi.

Le secrétaire général de l'ONU a fait part de son "inquiétude" face aux "informations évoquant le fait que les membres de certains communautés étaient particulièrement visés", selon Martin Nesirky. Tous les civils doivent être protégés, "quelle que soit leur ethnie", a-t-il déclaré. Salva Kiir et Riek Machar sont membres de deux ethnies différentes.

Selon Ban Ki-moon, "jusqu'à 13.000 civils ont cherché refuge dans les bases de l'ONU à Juba", dont "un grand nombre" sont des femmes et des enfants, a poursuivi M. Nesirky.

Appelant à un arrêt immédiat des hostilités, le secrétaire général de l'ONU a exhorté le gouvernement de Salva Kiir à "faire une offre de dialogue à ses opposants pour qu'ils résolvent pacifiquement leurs différends". "Il a dit compter sur le président pour qu'il exerce son +leadership+ et ramène la discipline au sein des rangs de l'armée pour mettre un terme aux combats", a ajouté son porte-parole.

tw/mdm/gde

PLUS:hp