NOUVELLES
17/12/2013 10:50 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Liban: attentat à la voiture piégée près d'une position du Hezbollah

Une voiture piégée a visé mardi une position du Hezbollah dans un village de l'est du Liban dominé par le puissant mouvement chiite, faisant un nombre indéterminé de victimes, a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité.

La source a indiqué que l'explosion, survenue dans la nuit, a fait "des morts et des blessés", sans plus de détails.

Selon Al Manar, la chaîne de télévision du parti chiite, l'attentat a "visé un poste servant de relais" au Hezbollah dans les environs de Sbouba, un village chiite de la région de la Békaa.

La chaîne a indiqué que l'explosion avait fait des blessés, sans donner de bilan précis.

Des habitants de la région ont affirmé à l'AFP qu'il s'agissait d'un poste servant de relais aux combattants et aux véhicules du Hezbollah, notamment pour les membres du parti qui partent combattre les rebelles en Syrie.

Au cours des derniers mois, plusieurs explosions ont visé des secteurs contrôlés par le Hezbollah.

Il s'agit, selon des experts, d'une riposte à l'implication du mouvement chiite, soutenu par Téhéran, dans le conflit syrien qui divise profondément le Liban entre partisans et détracteurs de Bachar al-Assad.

Le Hezbollah a envoyé des milliers de ses miliciens combattre aux côtés des troupes régulières du président syrien, provoquant l'ire des sunnites en Syrie et au Liban.

Le photographe de l'AFP a vu un véhicule totalement détruit et deux autres calcinés, dont un mini-bus de couleur rouge.

D'après Al Manar, la voiture, "qui était stationnée près du poste, a explosé quand des membres du Hezbollah se sont approchés d'elle".

"Des membres du Hezbollah se sont alors précipités et ont commencé à tirer en pensant que les autres membres du parti étaient tombés dans une embuscade, avant de secourir les blessés", poursuit la chaîne.

Elle a précisé que le véhicule était "chargé d'une bombe de 60 kilos" et que l'explosion avait provoqué un cratère de trois mètres de diamètre.

L'armée a confirmé qu'il s'agissait d'une voiture piégée et que l'explosion s'était produite à 02H50 (00H50 GMT) sur la route de Sbouba-Nabi Moussa", affirmant que la police militaire se chargeait de l'enquête.

Par ailleurs, en fin d'après-midi, six roquettes en provenance de Syrie se sont abattues sur le Hermel, également dans l'est du pays, selon la source de sécurité qui a fait état de deux civils blessés.

L'armée a indiqué de son côté que deux soldats avaient également été blessés lorsque l'une des roquettes était tombée sur une caserne.

La ville de Hermel a été visée à plusieurs reprises par ce genre de tirs revendiqués par des groupes rebelles.

Les tirs de mardi ont été revendiqués par un groupe armé en Syrie dénommé la "compagnie Marwan Hadid", du nom d'un ancien membre des Frères musulmans mort en prison en 1976. Le communiqué affirme que l'opération a été menée conjointement avec les jihadistes du Front al-Nosra au Liban.

"Le Front al-Nosra au Liban et la compagnie Marwan Hadid annoncent avoir tiré 10 roquettes Grad sur des bastions du Hezbollah dans le Hermel libanais en réponse à l'intervention du parti iranien en Syrie", accusant le Hezbollah de dépendre de l'Iran.

"Nos opérations vont se poursuivre contre l'Iran et son parti (le Hezbollah) en Syrie et au Liban", ajoute le groupe Marwan Hadid sur son compte Twitter. L'action de ce groupe est obscure mais il a revendiqué à plusieurs reprises des tirs de roquettes contre des régions dans l'est du Liban.

hek-rd-ram/sk/vl

PLUS:hp