NOUVELLES
17/12/2013 06:35 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Laval : 208 nouveaux logements sociaux dans Chomedey

La ministre Nicole Léger, responsable de la région de Laval, a annoncé mardi après-midi la construction de 208 nouveaux logements sociaux dans le parc immobiler Val-Martin, situé dans Chomedey.

Ce parc résidentiel de plus de 530 logements, dont la construction remonte aux années 50, est dans un état de délabrement préoccupant depuis plusieurs années. Plus du tiers des logements sont inoccupés, parce qu'ils sont insalubres. Le mauvais état des logements force d'ailleurs la Société d'habitation du Québec, qui en est propriétaire, à ne plus accepter de nouveaux locataires depuis 2007.

L'annonce de la ministre est d'autant bien accueillie que les besoins sont grands en matière de logement social à Laval. Selon un regroupement d'organismes communautaires, il faudrait construire plus de 2000 logements pour subvenir aux besoins de la population démunie.

« C'est la phase 1. Il y aura d'autres phases en matière de logement social », indique la ministre Léger. « Laval demeure en rattrapage », précise-t-elle.

Le coût des nouvelles constructions n'est pas encore calculé. On ne connaît pas non plus le sort des bâtiments actuels. Les annonces d'aujourd'hui s'inscrivent dans un cadre beaucoup plus large. Elles font partie du projet de revitalisation complète du quartier Chomedey.

On a également annoncé la construction d'un nouveau centre communautaire, entièrement payé par la Ville. « Les besoins seront établis après consultation avec toute la population. On vise quelque chose de fonctionnel. Quelle forme ça va prendre, c'est un peu tôt pour le dire » affirme le maire Marc Demers.

La consultation publique se tiendra début 2014, ajoute-t-il, et permettra à tous les citoyens concernés de participer à l'amélioration de leur quartier.

Il n'était pas clair, au moment de l'annonce, si l'organisme qui s'appelle « Centre communautaire Val-Martin » sera déménagé dans le nouveau bâtiment que va construire la ville. L'organisme, qui vient en aide aux personnes démunies du secteur, doit éventuellement se trouver un nouveau local puisque le propriétaire ne veut plus lui louer ses locaux.

Manon Rousseau, directrice de l'organisme, se réjouit pour les locataires qui « auront enfin des conditions de vie décentes ». 

« Cela dit, quand on nous dit que la ville va construire un centre communautaire, avec nos 22 ans d'enracinement et de leadership dans la communauté, on ne peut que présumer que l'on parle de nous, et on ne peut que se réjouir », dit-elle. 

Un texte de Vincent Champagne

PLUS:rc