NOUVELLES
17/12/2013 06:54 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Juba: 10.000 civils réfugiés auprès de l'ONU, qui craint des violences communautaires

Environ 10.000 civils sud-soudanais ont trouvé refuge dans les deux bases de l'ONU à Juba, a annoncé la Mission des Nations unies au Soudan du Sud (Minuss), dans un communiqué mardi, alors que les combats entre factions rivales de l'armée se poursuivaient.

Selon ce communiqué, la représentante de l'ONU au Soudan du Sud, Hilde Johnson, a appelé mardi les Sud-soudanais, et notamment les belligérants à Juba, à éviter toute violence basée sur l'appartenance communautaire.

"Il est crucial que l'actuelle violence ne prenne pas des dimensions ethniques", indique la Minuss dans ce communiqué.

"A un moment où l'unité parmi les Soudanais du Sud est plus nécessaire que jamais, j'appelle les dirigeants de ce nouveau pays et toutes les factions et partis politiques, ainsi que les responsables de communautés à éviter toute action qui alimente les tensions ethniques et exacerbe la violence", a déclaré Mme Johnson, citée dans ce texte.

"Alors que le Soudan du Sud lutte pour surmonter l'actuel crise, la Mission (de l'ONU) exhorte tous les citoyens et les dirigeants à se garder de toute acte incendiaire ou violence contre des communautés en particulier", selon ce communiqué.

La Minuss, qui "appelle les parties à chercher une issue pacifique à l'actuelle crise", indique continuer de "fournir une protection aux civils cherchant à se protéger de la violence".

"Tôt mardi matin, environ 10.000 civils avaient reçu protection dans les deux bases de la Minuss à Juba", selon l'ONU, ajoutant que la clinique de l'ONU avait hospitalisé 39 patients, dont cinq enfants, au-delà de sa capacité prévue de 35 lits.

"La Mission prend toutes les mesures possibles pour assurer leur sécurité durant leur séjour dans les enceintes de la Minuss".

D'intenses combats depuis mardi mardi à Juba, entre factions rivales de l'armée sud-soudanaise. La veille, le président Salva Kiir avait affirmé avoir mis en échec une tentative de coup d'Etat, initié selon lui par son ancien vice-président et rival politique, Riek Machar.

str-ayv/sba

PLUS:hp