POLITIQUE
17/12/2013 03:27 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Inspecteur général de Montréal: le maire Denis Coderre consultera l'opposition

PC

Le maire de Montréal, Denis Coderre, et le chef de l'opposition officielle, Richard Bergeron, se sont entendus afin de travailler ensemble pour la création du poste d'inspecteur général.

Un texte de François Cormier

Après avoir suggéré quelques modifications, l'administration Coderre a accepté une proposition de Projet Montréal à l'issue d'une séance du conseil municipal qui s'est terminée tard dans la nuit de lundi à mardi.

« Le maire va faire appel à divers membres du conseil municipal - à commencer par le chef de l'opposition - pour nous mettre dans le coup dans la définition du rôle de l'inspecteur général », a déclaré, satisfait, Richard Bergeron.

De son côté, Denis Coderre a affirmé vouloir être transparent quant au processus de création de ce poste. « Moi j'ai été clair depuis le début, a-t-il estimé. Ce que je dis à Monsieur Bergeron, c'est : "Si vous avez des choses à me dire, on peut se parler" ». Le maire a d'ailleurs évoqué la possibilité de rencontrer Richard Bergeron prochainement à ce sujet.

Il faudra d'abord définir les règles entourant l'embauche de l'inspecteur général. Puis, très rapidement, le maire Coderre suggérera un candidat au conseil municipal, qui devra approuver ou rejeter son choix. Les deux tiers des votes seront nécessaires.

Denis Coderre précise également que la mission de l'inspecteur général ne s'apparentera pas à celle du vérificateur général. L'inspecteur général se concentrera essentiellement sur les contrats, qu'il pourra rouvrir s'il le juge nécessaire. Il aura des pouvoirs d'enquêtes et de contrainte. Il pourra également transférer des dossiers aux policiers ou au contrôleur général, le cas échéant. Son mandat sera des cinq ans.

Le gouvernement Marois a déjà fait savoir qu'il verrait à adopter les changements législatifs nécessaires à la création d'un poste d'inspecteur général.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal a également donné son approbation le mois dernier.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ce que les maires ont laissé à Montréal