POLITIQUE
17/12/2013 07:49 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Gilles Duceppe ferme la porte à un retour à la tête du Bloc québécois

CP

L'ancien chef du Bloc québécois (BQ), Gilles Duceppe, ferme la porte à un retour à la tête du parti. En entrevue sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première, M. Duceppe a indiqué que c'était aux militants qui travaillent à la reconstruction du parti depuis deux ans « d'assumer ce leadership ».

La question du leadership du BQ est revenue au-devant de la scène politique en raison de la démission du chef Daniel Paillé,lundi, pour des raisons de santé. M. Duceppe a précisé qu'il avait refusé de se prononcer sur le sujet, lundi, par respect pour M. Paillé et sa contribution au mouvement souverainiste.

Il reproche aux journalistes de lui avoir prêté des intentions.

M. Duceppe estime que le parti est en santé financière et qu'il a reçu l'appui de près de 25 % des Québécois malgré la débâcle des dernières élections fédérales. Il croit que le parti rebondira aux prochaines élections puisqu'il attribue la percée québécoise du Nouveau parti démocratique à la personnalité de Jack Layton.

Il refuse toutefois de s'avancer à nommer des personnes qui pourraient succéder à M. Paillé. Il précise seulement qu'il s'agira d'une personnalité issue du milieu souverainiste.

Le député du BQ, Louis Plamondon, abonde dans le sens de M. Duceppe. Il estime qu'il est trop tôt pour identifier des candidats à la succession de M. Paillé. Il croit que les députés Jean-François Fortin et André Bellavance seraient de bons candidats, mais qu'il y aura assurément des personnalités venues de l'extérieur pour tenter leur chance. Il précise que c'est ce qu'avait fait M. Paillé.

En entrevue à ICI Radio-Canada Première, M. Plamondon estime que le chef démissionnaire laisse le parti dans un excellent état. Le BQ dispose des fonds nécessaires pour mener la prochaine élection générale en plus de disposer d'une association locale dans chacune des circonscriptions québécoises. « Certains comtés ont 80 000 $ dans leur compte de banque », précise M. Plamondon. « On est le seul parti qui a une association de comté dans chacune des circonscriptions du Québec, contrairement aux libéraux, aux conservateurs et au NPD. »