NOUVELLES
17/12/2013 07:21 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Egypte: 23 islamistes jugés pour avoir "manifesté sans autorisation"

Vingt-trois islamistes seront jugés le 21 décembre en Egypte en vertu d'une loi récente interdisant les manifestations n'ayant pas obtenu l'autorisation du ministère de l'Intérieur, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Les partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée début juillet manifestent régulièrement depuis son éviction pour réclamer son retour au pouvoir, bravant une répression qui a fait depuis la mi-août plus d'un millier de morts et des milliers d'arrestations.

Les accusés, présentés par la source judiciaire comme des membres des Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi, ont été entendus pendant plus de 10 heures puis placés en détention dans l'attente de leur procès pour avoir "manifesté sans autorisation", "interruption de la circulation" et "trouble à l'ordre public", de même source.

Trois figures de la révolte de 2011, qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir, sont actuellement jugées en vertu de cette loi sur les manifestations promulguée fin novembre par le président par intérim Adly Mansour. Un quatrième militant laïque devrait également comparaître prochainement pour les mêmes accusations.

La loi, qui oblige les organisateurs à prévenir les autorités trois jours avant la tenue de leur manifestation et autorise le ministère de l'Intérieur à l'interdire en amont, a été jugée liberticide par les organisations de défense des droits de l'Homme et a suscité des réserves de la part de Washington.

str-sbh/feb

PLUS:hp