NOUVELLES
17/12/2013 07:48 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Dernière exécution de l'année aux Etats-Unis, un bilan en baisse

L'Oklahoma a procédé mardi à la dernière exécution programmée cette année aux Etats-Unis, où le bilan des mises à mort est en baisse par rapport aux années précédentes, avec 39 exécutions en 2013.

La mort par injection létale de Johnny Dale Black, 48 ans, a été prononcée à 18H08 (00H08 GMT mercredi) au pénitencier d'Etat de McAlester, a indiqué à l'AFP Jerry Massie, porte-parole des autorités pénitentiaires de l'Oklahoma (sud).

"Cela ne règle rien, c'est juste une mort de plus, une autre famille détruite. J'aime tout le monde, je t'aime tu peux compter là-dessus maman", a déclaré le condamné dans sa dernière déclaration.

Le quadragénaire avait été condamné à mort en 1999 pour le meurtre d'un entraîneur de chevaux, qui avait succombé à ses nombreuses blessures à coups de battes de base-ball. Il avait été reconnu coupable pour un précédent meurtre en 1984.

Il s'agissait de la 39e exécution cette année aux Etats-Unis, et à moins d'une programmation de dernière minute, de la dernière de 2013.

Le Centre d'information sur la peine capitale (DPIC), un centre d'experts en faveur de son abolition, fait état d'un déclin constant de la peine de mort aux Etats-Unis, où elle a été rétablie en 1976 après un moratoire de quatre ans.

Depuis 1976, 1.359 exécutions ont eu lieu dans tout le pays, dont plus du tiers au Texas (sud), qui a exécuté 508 personnes en près de quatre décennies.

Le bilan de 2013 montre une nouvelle "baisse des exécutions, d'environ 10% par rapport à 2012", où 43 condamnés avaient été mis à mort, a déclaré à l'AFP Richard Dieter, directeur du DPIC.

Au plus fort, en 2002, 71 condamnés ont été exécutés.

En outre, "avec l'abolition de la peine capitale cette année dans le Maryland, ce sont maintenant 18 Etats (sur 50) sans peine de mort" ainsi que la capitale fédérale Washington, a-t-il ajouté.

Dans les sondages, le soutien au châtiment suprême a aussi atteint son plus bas niveau en quarante ans, a-t-il rappelé, tout en restant majoritaire à 60% pour les meurtriers reconnus coupables.

Mais selon le dernier rapport d'Amnesty International, qui couvre 2012, les Etats-Unis avaient alors exécuté plus que le Yémen, le Soudan et l'Afghanistan. Les chiffres de 2013 ne seront pas disponibles avant quelques mois.

Le DPIC publiera son nouveau rapport annuel jeudi.

chv/sam/bdx

PLUS:hp