DIVERTISSEMENT
17/12/2013 12:57 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Malgré le succès de «Louis Cyr», 2013 aura été décevante pour le cinéma d'ici

Marie-Josée Roy

MONTRÉAL - L'homme fort Louis Cyr aura réussi la prouesse d'attirer les cinéphiles québécois dans les salles de cinéma au cours de l'année 2013.

Le long métrage de Daniel Roby mettant en vedette Antoine Bertrand a été le film québécois le plus populaire dans les salles de la province, avec des recettes d'un peu plus de 4 millions $.

Mais les succès de «Louis Cyr — l'homme le plus fort du monde» n'auront pas été suffisants pour que l'on puisse qualifier l'année cinématographique québécoise de réussie.

Selon la directrice exécutive de l'agence Cineac, Pascale Dubé, on s'attend à ce que la part de marché des films québécois se situe entre cinq et six pour cent pour 2013, un résultat extrêmement faible.

«C'est une année un peu moins désastreuse que l'an dernier, mais on peut s'apercevoir que ce qu'on aurait pu prendre l'an dernier pour un simple soubresaut dans les parts de marché est en fait un état de fait qui perdure encore cette année. Les parts de marché sont extrêmement faibles encore cette année», a expliqué Mme Dubé.

«Ce qui permettra aux parts de marché de dépasser le 5 pour cent (...), c'est véritablement le succès qu'on a connu avec 'Louis Cyr' cette année, mais si on enlève 'Louis Cyr', les parts de marché sont absolument désastreuses.»

Seul «Gabrielle», de Louise Archambault, a aussi réussi à dépasser le million, prenant la deuxième place avec près de 1,29 million $ de recettes. Il est suivi d'«Amsterdam» (535 964 $), du film d'animation «La légende de Sarila» (432 587 $) et du «Démantèlement» (429 266 $).

Ces données, transmises par Cineac, reflètent le box-office en date du 12 décembre dernier. Certains films étant encore à l'affiche, l'ordre et la composition du palmarès pourraient s'en voir modifiés d'ici la fin de 2013. Un film comme «Il était une fois les Boys», par exemple, qui a pris l'affiche le 6 décembre, risque de brouiller les cartes et de prendre position dans le top 5 d'ici la fin de l'année.

«Je m'attends à ce que 'Les Boys' fasse autour de 2 millions $, peut-être un peu en-deçà, parce qu'il y a de très gros films aussi qui prennent l'affiche presque en même temps», a expliqué Mme Dubé, précisant tout de même qu'une bonne partie de ces recettes seront sans doute engendrées en 2014.

La directrice exécutive de Cineac n'a par ailleurs pas remarqué de variation quant à la quantité de films, toutes catégories, qu'auront été voir les Québécois au cinéma. Elle s'attend en fait à ce que 2013 ressemble à 2012 en ce qui a trait aux déplacements dans les salles, mais souligne que l'été a été meilleur cette année que l'année précédente pour le box-office, ce qui pourrait donner l'avantage à 2013.

Au 12 décembre, seul «Louis Cyr» avait pu se tailler une place dans les 10 premiers rangs du box-office québécois qui inclut les films américains. Le film québécois se plaçait au huitième rang pour 2013, derrière les «Iron Man 3», «Hunger Games», «Despicable Me» et autres «Fast & Furious». Et les gros canons qui ont pris ou prendront l'affiche pendant les Fêtes risquent de l'éliminer complètement du top 10 d'ici la fin de l'année.

«C'est assez difficile pour un film québécois de franchir la barrière du top 10 parce qu'il y a un très gros volume (de films américains). Plus ça va, plus les Américains sortent de gros films, et il y a de plus en plus de films, qui sont de plus en plus gros. C'est très difficile pour un film québécois de se démarquer suffisamment pour atteindre le top 10», a expliqué Mme Dubé.

«Parfois, ça peut arriver qu'il y ait un ou deux films (québécois) dans le top 20», a-t-elle avancé.

Cineac dévoilera en janvier la liste des 20 films les plus vus par les Québécois en 2013.

À VOIR AUSSI:

«Louis Cyr»: le tournage du film

Les 10 films à voir durant le temps des fêtes

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.