NOUVELLES
17/12/2013 03:56 EST | Actualisé 16/02/2014 05:12 EST

Calciopoli - Deux ans et quatre mois de prison pour Moggi en appel

L'ancien directeur général de la Juventus Turin Luciano Moggi a été condamné à deux ans et quatre mois de prison en appel au procès du Calciopoli 2006, mardi à Naples.

Moggi a été jugé comme le chef de l'association qui a conditionné le Championnat d'Italie en influant sur la désignation des arbitres et est reconnu coupable d'"association de malfaiteurs" et "fraude sportive".

Il avait été condamné à cinq ans et quatre mois de prison en première instance.

L'ex-désignateur des arbitres Pierluigi Pairetto a été condamné à deux ans de prison, comme l'ex-vice-président de la Fédération italienne de football (FIGC), Innocenzo Mazzini.

Ils ont été "promoteurs de l'association de malfaiteurs à des fins de fraude sportive" selon l'accusation, qui estime que le rôle principal était joué par Moggi.

En revanche la cour d'appel à décidé que le procès de l'autre désignateur des arbitres, Paolo Bergamo, devait être refait car sa défense n'avait pu être assurée. Son avocate, Silvia Morescanti, était alors enceinte.

En première instance M. Bergamo avait reçu la deuxième peine la plus lourde, trois ans et huit mois de prison, derrière Moggi.

L'avocat de Luciano Moggi, Maurilio Prioreschi, a annoncé que son client entendait se pourvoir en cassation.

Enfin les présidents de la Fiorentina, Andrea Della Valle, et de la Lazio Rome, Claudio Lotito, ont été relaxés mardi, atteints par la prescription.

La justice sportive avait déjà enlevé à la Juventus les titres de championne d'Italie 2005 et 2006, qu'elle ne cesse de réclamer depuis, et sanctionné en points l'AC Milan, la Fiorentina, la Lazio Rome et la Reggina. Le président de la Reggina, Pasquale Foti, a lui déjà été condamné à 18 mois de prison.

eba/jde

PLUS:hp