NOUVELLES
16/12/2013 12:09 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Aux États-Unis, les fabricants de savons antibactériens devront prouver que ceux-ci ne sont pas nocifs

shutterstock
child washing hands with soap...

Les fabricants de savons antibactériens vont bientôt devoir prouver aux Etats-Unis que leurs produits sont plus efficaces que les savons ordinaires pour lutter contre la propagation de certaines maladies, et que leur usage à long terme n'est pas nocif.

Selon les nouvelles règles proposées lundi par l'agence américaine des produits alimentaires et pharmaceutiques (FDA), les fabricants qui ne parviendront pas à satisfaire ces demandes devront modifier la formule de leurs antibactériens ou leur étiquetage pour pouvoir rester sur le marché.

Cette mesure intervient dans le cadre d'un réexamen plus étendu des agents antibactériens mené par la FDA pour s'assurer de leur efficacité et de leur innocuité, indique l'Agence. Cette décision ne concerne ni les désinfectants pour les mains ni les antibactériens utilisés chez les médecins et en milieu hospitalier.

Elle fera l'objet d'une période de consultation publique de 180 jours avant d'entrer, le cas échéant, en vigueur. Elle n'entraîne pas pour le moment un retrait du marché de ces produits.

Des millions d'Américains utilisent quotidiennement des savons antibactériens pour les mains et le reste du corps, précise la FDA.

Bien que ces produits soient considérés comme sûrs et efficaces par les consommateurs pour empêcher la propagation des germes, il n'existe à ce jour aucune preuve qu'ils soient plus efficaces que les savons ordinaires, affirme l'agence.

De plus, des études indiquent qu'un usage régulier et prolongé de certains agents contenus dans des antibactériens, comme le triclosan dans les savons liquides et le triclocarban dans les savons en barre, pourrait entraîner une résistance bactérienne ou provoquer des dérèglements hormonaux.

"Les savons antibactériens et d'autres produits similaires sont très fréquemment utilisés dans chaque foyer, sur le lieu de travail, à l'école et dans des lieux publics, où les risques d'infection sont relativement bas", a souligné le Dr Janet Woodcock, directrice du centre de recherche et d'évaluation des médicaments de la FDA.

"Du fait de cette exposition très importante aux agents qui se trouvent dans les savons antibactériens, nous pensons que leur bienfait doit être clairement établi par rapport à tous les risques potentiels", a-t-elle expliqué.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 10 endroits les plus sales d'un restaurant
À quoi faire attention dans un restaurant