NOUVELLES
16/12/2013 03:02 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Pauvreté infantile : les excuses de James Moore

Le ministre fédéral de l'Industrie, James Moore, présente ses excuses pour les commentaires controversés qu'il a tenus sur la pauvreté infantile vendredi dernier, lors d'une entrevue à une station de radio de Vancouver.

« Bien sûr, nous voulons nous assurer que les enfants aillent à l'école le ventre plein. Mais est-ce toujours le travail du gouvernement d'être là pour servir le déjeuner des gens », avait-il dit. « Est-ce que c'est mon travail de nourrir les enfants du voisin? Je ne le crois pas ».

Après avoir laissé entendre qu'il avait été cité hors contexte, le ministre Moore a finalement fait volte-face lundi en publiant une déclaration sur son site Internet. Il affirme regretter ses propos et déclare que le gouvernement et la société ont une responsabilité vis-à-vis des personnes dans le besoin.

« Prendre soin les uns des autres est une éthique canadienne en laquelle je crois profondément. Ça a toujours été le cas, et ça le sera toujours. Bien sûr, la pauvreté est une préoccupation pour moi, et pour tous les Canadiens », a indiqué M. Moore.

« Tous les paliers de gouvernement, en fait tous les membres de notre société ont la responsabilité de faire preuve de compassion et de se préoccuper des gens qui sont dans le besoin », a-t-il ajouté.

« Beaucoup de travail a été fait pour combattre la pauvreté et les défis qui y sont associés. Et, bien que davantage de travail soit nécessaire, je sais que des commentaires comme ceux que j'ai faits la semaine dernière n'aident pas la cause de la lutte contre la pauvreté. J'en suis désolé. »

Les commentaires de James Moore la semaine dernière ont entraîné une pluie de commentaires négatifs sur Twitter, le plus souvent accompagnés du mot-clic #MooreChristmas (le Noël de James Moore). 

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti libéral n'avaient d'ailleurs pas manqué d'attaquer le ministre Moore à ce sujet.

« Qu'un ministre conservateur déclare que la pauvreté infantile n'est pas son problème est sans coeur », a déclaré la néo-démocrate Jinny Sims. « La pauvreté infantile a continué de croître avec ce gouvernement et maintenant, ils disent que ce n'est pas leur problème. »

Le leader adjoint des libéraux à la Chambre des communes, Ralph Goodale, a dit y voir un nouvel exemple de « la politique de la terre brûlée » préconisée par le gouvernement conservateur de Stephen Harper. 

« Les ministres du Cabinet Harper se lavent les mains des statistiques alarmantes selon lesquelles un enfant sur sept vit dans la pauvreté et va à l'école chaque jour avec l'estomac vide », a-t-il soutenu.

« Les conservateurs disent que c'est bien dommage, mais que ce n'est pas leur problème, malgré deux résolutions faites à la Chambre des communes ces dernières années appelant à une stratégie nationale et à une initiative du fédéral pour combattre la pauvreté infantile. »

PLUS:rc