NOUVELLES
16/12/2013 05:35 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Les finances publiques du Québec ne doivent pas nous inquiéter, selon Parizeau

L'ancien premier ministre québécois Jacques Parizeau lance un appel au calme quant aux inquiétudes liées à l'endettement du Québec.

Dans une entrevue avec Gérald Fillion, à RDI économie, M. Parizeau dit qu'il faut cesser de se faire peur, puisque le Québec ne vit pas une situation pire que les autres provinces sur les plans de la gestion de la dette, de la démographie et des coûts de santé.

D'emblée, l'ex-premier ministre péquiste tient à écarter les craintes entourant le déficit de 1,75 milliard de dollars prévu l'an prochain (2014-2015) par le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau.

« [De cette somme], on n'a pas du tout enlevé le Fonds des générations. Le gouvernement verse des sommes qui serviront un jour à réduire la dette. Ces paiements ne sont pas une dépense, ce n'est pas une réduction de revenus. Alors, on déduit ça, et le déficit n'est pas de 1,75 milliard, mais de 454 millions. Et l'année suivante, on prévoit le déficit zéro. Si on enlève le Fonds des générations, c'est un surplus de 1,66 milliard. On s'en fait trop », dit-il.

« Il faut comprendre que quand on parle d'un déficit de 500 millions, par exemple, qui est le vrai déficit qu'on prévoit pour l'année prochaine, c'est rien, ça. N'oubliez pas, les dépenses consolidées du gouvernement approchent les 100 milliards. Et on s'en fait, on se torture, parce qu'on prévoit un déficit de quelques centaines de millions. »

M. Parizeau salue la décision du gouvernement Marois de remettre à plus tard le retour à l'équilibre budgétaire.

« C'était bien et il fallait le faire. Quand ils sont arrivés au pouvoir, le Parti québécois a annoncé le déficit zéro pour 2013-14, l'année en cours. Et pour ça, ils se sont mis à couper dans les choses absolument essentielles, avec la hantise qu'ils n'arriveraient pas au déficit zéro. Heureusement, ils se sont rendus à l'évidence, parce que les revenus étaient beaucoup moins élevés que ce qu'ils pensaient ».

« On est désespérément normaux »

Selon M. Parizeau, lorsque l'on replace la situation québécoise dans son contexte, et que l'on tient compte de ce que font d'autres États, il n'y a pas raison de s'énerver.

« À l'heure actuelle, on prévoit qu'il va falloir des efforts considérables, énormes, pour réduire la progression des dépenses [de programmes] autour de 2 % par année. Mais tout le monde fait ça, regardez tous les pays du monde à l'heure actuelle, on est tous logés à la même enseigne », affirme-t-il.

M. Parizeau rappelle que la masse salariale représente la moitié des dépenses gouvernementales. Or, dit-il, les conventions collectives des employés de l'État prévoient des augmentations salariales de 1,5 ou 2 % par année. « Ça veut dire que les dépenses de programmes, vous avez déjà plus de la moitié qui vont augmenter de 2 %. C'est de la bonne gestion, adaptée à notre époque », dit-il.

« Aux États-Unis, l'année actuelle et l'année prochaine, ils prévoient des chutes des dépenses de programmes. L'Ontario se promène plutôt en dents de scie. Ils ont réduit cette année leurs dépenses, ils prévoient l'année prochaine une augmentation de 4 %. Vous regardez en Europe, partout, et on est désespérément normaux. On se fait des drames en s'imaginant qu'on est tout seul dans notre catégorie », résume-t-il.

La question de la dette

L'ex-premier ministre en profite aussi pour remettre les pendules à l'heure en ce qui concerne la dette publique.

« Oui, c'est vrai que la dette au Québec a vraiment beaucoup progressé pendant un certain nombre d'années. Mais quelle dette? Le gouvernement du Québec privilégie la dette brute comme expression de sa dette. Ça veut dire que vous additionnez toutes vos dettes sans jamais tenir compte des actifs que vous avez achetés avec cette dette. Le gouvernement du Québec est le seul à utiliser la dette brute au Canada, et ça donne 200 milliards, un montant énorme, c'est bien sûr. »

« Mais si vous utilisez comme expression de la dette la même qu'au fédéral ou qu'en Ontario, par exemple, vous utilisez la dette des déficits cumulés. Quelle est la différence? 200 milliards pour la dette brute, 120 pour le déficit cumulé. Alors, on dégonfle les chiffres. On est toujours plus hauts que les autres provinces canadiennes. Mais ça s'est accumulé pendant bien des années, autrefois. Depuis une quinzaine d'années, les déficits ou surplus du Québec sont très voisins, ça s'équilibre presque. La dette exprimée par le déficit cumulé, elle n'augmente pas. À l'heure actuelle, depuis bon nombre d'années, la gestion est tout à fait correcte », ajoute l'ex-premier ministre.

Pour ce qui est des dépenses en santé, dont la proportion à l'intérieur du budget provincial ne cesse de s'accroître, Jacques Parizeau ne s'en fait pas davantage.

« Il n'y a rien de neuf dans l'affaire de l'augmentation des coûts de santé. Les dépenses de santé vont augmenter de 3,5 % environ par an. C'est pas mal moins que les 4 % que l'on prévoyait pendant des années. Les revenus nominaux, eux, vont probablement continuer à augmenter de 3 à 3,5 % par année ».

Le défi : l'innovation et les nouvelles technologies

Selon Jacques Parizeau, le principal défi économique du Québec demeure le virage des entreprises vers les nouvelles technologies.

« Le Québec a pris beaucoup de retard sur le plan de l'automatisation des entreprises, et l'adoption et la pénétration des nouvelles techniques d'information au sein des PME. Ça a un inconvénient très sérieux sur notre capacité à exporter. 50 % du PIB du Québec, c'est l'exportation. Avoir une productivité plus faible singulièrement qu'aux États-Unis, c'est dramatique. Ça affecte directement [la croissance], le revenu de l'État, le revenu des particuliers, leur capacité de payer des impôts. Ce retard, ça commence à être très sérieux », conclut-il.

PLUS:rc