NOUVELLES
16/12/2013 10:52 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Le Groenland exige un geste du Danemark pour ses milliers d'habitants sans père

Le Groenland souhaite que le Danemark répare l'injustice subie par des milliers de ses habitants qui ont grandi légalement sans père, a indiqué lundi une députée représentant le territoire.

Alors que la loi donne aux Danois les moyens de rechercher leur filiation depuis 1938, les habitants du Groenland, aujourd'hui territoire autonome, ne jouissent de ce même droit que depuis 1963, et même pour certaines parties de l'île depuis 1974 seulement.

"Selon moi, c'est une question de principe (...) Il s'agit de reconnaître qu'ils ont été victimes d'une discrimination", a expliqué l'AFP une députée représentant le parti inuit Ataqatigiit au Parlement danois, Sara Olsvig.

Pour elle, le montant de l'indemnisation est une question "secondaire".

"Ces familles sont nombreuses à avoir connu la honte", dit-elle. Et beaucoup d'enfants ont rapporté avoir été discriminés et harcelés.

Des milliers d'enfants qui n'ont pas été reconnus par leur père venu du Danemark, des États-Unis ou des îles Féroé, mais aussi du Groenland même, ont souffert de n'avoir aucun moyen de compléter leur état civil.

Le quotidien Kristeligt Dagblad a révélé lundi que les parlementaires de Copenhague devaient voter sur un projet de loi dans la semaine pour donner à tous ceux qui se trouvent dans cette situation de meilleurs moyens pour découvrir qui est leur père, sans que cela leur donne pour autant le droit à un quelconque héritage, dans le cas où le père est déjà décédé et où la succession a déjà été réglée.

Le journal estime que 5.000 personnes pourraient être concernées, sans citer sa source. Cela représenterait une part non négligeable de la population du Groenland, qui est de 57.000 habitants.

Avant le changement de loi, "le nombre était très important et a atteint un record en 1973, où 56% des enfants naquirent hors mariage", affirmait le gouvernement dans un rapport sur le sujet en 2011.

Il avait estimé que le racisme envers le Groenland, colonie danoise jusqu'en 1953, expliquait la différence entre législations.

"À l'époque coloniale, le Danemark considérait le Groenland comme un pays immature, d'un niveau culturel moindre, ce qui fait que la législation danoise sur les enfants illégitimes n'était pas considéré comme pertinente" pour l'île, soulignait le rapport.

"On s'inquiétait ouvertement que cela (le fait de changer la loi) mènerait à des comportements irresponsables, surtout parmi les femmes", y lisait-on.

nsb/amp/hh/fw

PLUS:hp