NOUVELLES
16/12/2013 11:56 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Guantanamo accélère le transfert de détenus, deux Saoudiens rapatriés

Signe d'une accélération des tentatives de Washington de vider les geôles de Guantanamo, les Etats-Unis ont annoncé lundi avoir transféré deux prisonniers vers l'Arabie saoudite, quelques jours après le renvoi de deux Algériens dans leur pays contre leur gré.

"Le département de la Défense a annoncé aujourd'hui (lundi) le transfèrement de M. Saad Muhammad Husayn Qahtani et de M. Hamood Abdulla Hamood du centre de détention de la baie de Guantanamo au gouvernement d'Arabie Saoudite", affirme le Pentagone dans un communiqué.

"Les Etats-Unis se sont coordonnés avec le gouvernement de l'Arabie Saoudite pour veiller à ce que les transfèrements respectent notre politique de traitement humain et aient lieu dans le cadre d'une sécurité adéquate", ajoute-t-il.

Agé de 48 ans, Hamood Abdulla Hamood était considéré comme un convoyeur d'argent pour al-Qaïda, selon des documents militaires américains publiés par WikiLeaks. Il avait été capturé par les services secrets pakistanais de l'ISI dans un planque d'al-Qaïda à Karachi en janvier 2002.

Saad Muhammad Husayn Qahtani, 35 ans, était accusé par les forces américaines d'avoir combattu avec les talibans dans les montages de Tora Bora à la fin 2001, et d'avoir été un candidat à une mission suicide. Il avait été capturé par les forces pakistanaises le 18 décembre 2001 près de Parachinar (Pakistan), à proximité immédiate de la frontière afghane.

Paul Lewis, émissaire américain chargé de la fermeture de Guantanamo, s'est félicité lundi des "réels progrès" dans les transfèrements de prisonniers de Guantanamo en dépit "des lourdes restrictions législatives", et a redit son engagement à "faciliter d'autres transfèrements".

Il s'agit d'une "étape importante sur la route menant à la fermeture de la prison de Guantanamo", a de son côté affirmé son collègue du département d'Etat, Clifford Sloan.

"C'était attendu de longue date. Aucun de ces deux hommes n'a jamais été inculpé d'aucun crime", a rappelé pour sa part la puissance Union américaine de défense des libertés civiles (Aclu). Le Centre pour les droits constitutionnels (CCR) a salué un "développement très positif" et dit "espérer que le rythme des transfèrements allait s'accélérer de façon significative".

Après le départ de ces deux hommes samedi soir, 160 hommes sur les 779 envoyés à l'origine à Guantanamo restent derrière les barreaux dans cette enclave américaine sur l'île de Cuba, dont la fermeture constituait la première promesse lancée par Barack Obama en arrivant à la présidence.

160 détenus, deux procès

Une vingtaine de ces prisonniers, accusés de liens avec al-Qaïda ou des pires attentats meurtriers, comme ceux du 11 septembre 2001, sont qualifiés de "grande valeur" par le Pentagone.

Environ 80 sont jugés "libérables", c'est-à-dire que l'administration américaine ne dispose pas de preuves suffisantes pour les présenter devant un tribunal. Mais leur transfèrement s'est longtemps heurté au mur du Congrès, qui interdit toute incarcération sur le territoire américain et a longtemps durci les conditions de transfèrement à des pays tiers.

Le 10 décembre, un compromis entre républicains et démocrates a été trouvé ouvrant "la voie aux transfèrements à l'étranger" en facilitant les procédures pour les détenus "libérables".

Ce compromis, adopté jeudi par la chambre des Représentants, doit encore être accepté par le Sénat.

La très grande majorité des détenus sont à Guantanamo depuis près de douze ans, sans inculpation ni procès, une situation qui jette le discrédit sur l'image des Etats-Unis dans le monde.

Ce transfèrement s'ajoute à celui de deux ressortissants algériens renvoyés contre leur gré dans leur pays le 5 décembre. Les deux hommes n'y ont plus de famille et affirment craindre pour leur vie.

Le ministère soudanais des Affaires étrangères a de son côté annoncé dimanche le transfèrement d'ici mercredi de deux détenus soudanais de Guantanamo, Mohamed Nour Osman et Ibrahim Osman Ibrahim Idris, selon l'agence de presse soudanaise Suna.

Après le transfèrement de Qahtni et Hammood, neuf Saoudiens restent incarcérés à Guantanamo, parmi lesquels Abd al-Rahim al-Nashiri et Khaled Cheikh Mohammed (KSM), cerveau autoproclamé des attentats du 11-Septembre, et au centre de nouvelles audiences préliminaires à son procès, cette semaine à Guantanamo.

Ces deux hommes sont les principaux accusés des deux seuls procès ouverts contre des détenus de Guantanamo.

bur-mra/are

PLUS:hp