NOUVELLES
16/12/2013 02:18 EST | Actualisé 15/02/2014 05:12 EST

Adonis Stevenson n'affrontera pas de sitôt le gagnant du combat entre Bute et Pascal (VIDÉO)

BOUCHERVILLE, Qc - Adonis Stevenson n'affrontera pas de sitôt le vainqueur du combat qui opposera Lucian Bute à Jean Pascal, le 18 janvier prochain, au Centre Bell.

Alors que Groupe Yvon Michel et InterBox ont récemment annoncé que le combat pour les titres WBC Diamond et NABF des mi-lourds que se livreront Bute (31-1, 24 K.-O.) et Pascal (28-2-1, 17 K.-O.) servirait à identifier l'adversaire obligatoire au titre détenu par Stevenson (23-1, 20 K.-O.), on a plutôt appris qu'il s'agissait d'une «planification stratégique».

«Il s'agit davantage pour nous d'une façon de contrôler l'avenir de nos boxeurs, a expliqué Yvon Michel, président et directeur général de GYM. Puisque Stevenson vient de défendre son titre contre l'adversaire obligatoire du WBC, Tony Bellew, il n'aura pas à livrer une défense obligatoire avant au moins un an.»

Cet éventuel combat contre le vainqueur du duel Bute-Pascal n'aurait donc pas lieu avant début 2015. Bien de l'eau aura eu le temps de couler sous les ponts d'ici là.

En attendant, les amateurs de boxe auront droit à tout un programme pour ce gala du 18 janvier.

Mieux armés pour imposer leurs choix à la chaîne américaine HBO, qui présentera en direct les derniers combats du gala, GYM et InterBox ont pu obtenir une demi-finale «locale». C'est ainsi que le Montréalais d'origine colombienne Eleider Alvarez (13-0, 8 K.-O.) affrontera le Sud-Africain Thomas Oosthuizen (22-0-2, 13 K.-O.) dans un combat de 12 rounds pour la ceinture WBC Silver des mi-lourds.

Par téléphone, Oosthuizen a indiqué ne pas craindre Alvarez, mais souhaitons-lui d'être mieux informé sur ses qualités de boxeurs qu'il ne l'était lors de cette conférence, alors qu'il croyait avoir affaire à un Cubain.

«Ce n'est qu'un boxeur. S'il est rapide, je serai plus rapide. S'il est fort, je serai plus fort. S'il est fluide, je serai plus fluide, a-t-il dit. Le gagnant sera le meilleur. On ne fera pas que se battre: on boxera», a aprécisé celui qui en sera à un premier combat chez les mi-lourds.

La chaîne câblée fera également déplacer à Montréal le poids lourd cubain Mike Perez (20-0, 12 K.-O.) pour un combat face au Camerounais Carlos Takam (28-1, 22 K.-O.). Un affrontement qui, sur papier du moins, a tout pour plaire aux gens qui seront au Centre Bell.

L'étoile montante de GYM, le mi-lourd Artur Beterbiev (3-0, 3 K.-O.), sera également de la partie. Il fera face au Français Gabriel Lecrosnier (16-24-3, 1 K.-O.).

«On ne vous mentira pas, Lecrosnier n'a pas une fiche très reluisante, mais c'est un boxeur qui n'a été stoppé avant la limite que trois fois en carrière, a dit Bernard Barré, responsable du recrutement chez GYM. On voulait un boxeur qui allait donner des rounds à Artur (qui n'a livré que six rounds en trois combats). Et Lecrosnier ne sera pas rouillé: il en sera à son 11e combat en un peu moins d'un an.»

Sentant peut-être le besoin de défendre le choix d'adversaire de ce boxeur dont GYM vante les mérites depuis son embauche, Michel a précisé que la suite des choses irait très vite pour Beterbiev.

«Je sais que les gens regardent (le poids plume) Vasil Lomachenko qui se battra en championnat du monde à son deuxième combat, mais nous ne pouvons pas faire les choses de la sorte ici. On nous oblige à faire quatre combats de quatre à six rounds avec un boxeur qui fait son entrée chez les professionnels. Mais je peux vous promettre que dans le cas d'Artur, les choses vont aller très vite à partir de maintenant.»

Sébastien Gauthier (22-4, 14 K.-O.), Mikaël Zewski (22-0, 17 K.-O.), Oscar Rivas (12-0, 7 K.-O.) et le nouveau protégé d'InterBox, Yves Ulysse, seront également de la partie.

Ulysse, qui a signé son contrat professionnel quelques minutes avant que ne commence la conférence de presse, est la preuve qu'InterBox n'entend pas quitter la boxe quand Bute décidera d'accrocher ses gants.

«Pas du tout, a indiqué son président, Jean Bédard. Nous sommes dans une situation où nous allons présenter de plus en plus de soirées de boxe en copromotion avec GYM. Tous les combats majeurs qui auront lieu dans la prochaine année — Pascal, Bute, Alvarez — vont créer beaucoup d'opportunités. C'est pour ça que nous étions hésitants: quand on embauche quelqu'un, on veut s'assurer de lui donner des combats. Lucian se bat deux, voire trois fois par année, on ne pouvait donc pas promettre à un boxeur qu'il allait boxer cinq fois par an.

«Avec la plateforme qu'on est en train de mettre en place, avec la collaboration que nous aurons avec Yvon (Michel), nous serons capables de placer Yves sur plusieurs cartes. Il va en avoir des combats et il va pouvoir se développer.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Gala de boxe du 30 novembre 2013 à Québec