NOUVELLES
15/12/2013 02:01 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

L'unique centrale électrique de Gaza redémarre, la vie reprend à Jérusalem

L'unique centrale de la bande de Gaza, à l'arrêt depuis un mois et demi, a redémarré dimanche grâce à l'importation de fioul d'Israël alors que l'enclave palestinienne est touchée par de fortes inondations qui ont déplacé plus de 10.000 personnes.

La vie reprenait par ailleurs peu à peu en Israël et en Cisjordanie, affectés ces derniers jours par les plus fortes chutes de neige depuis des décennies. Jérusalem était toujours recouverte d'un manteau blanc et les écoles devaient rester fermées lundi.

"La centrale a recommencé à fonctionner progressivement après avoir été arrêtée 50 jours durant", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la compagnie d'électricité de Gaza, Jamal Dirsawi.

La centrale, qui fournit 30% des besoins en électricité de l'enclave palestinienne, gouvernée par le mouvement islamiste Hamas, avait cessé de fonctionner le 1er novembre, faute de carburant.

Cette pénurie a été provoquée par la démolition de centaines de tunnels de contrebande sous la frontière avec Gaza par l'armée égyptienne, à la suite de la destitution du président islamiste Mohamed Morsi le 3 juillet.

Il s'agit de l'une des crises énergétiques les plus graves à Gaza: les habitants de ce territoire surpeuplé et sous blocus israélien depuis 2006 ont été privés de courant jusqu'à 20 heures par jour.

Les foyers mais aussi les hôpitaux, les écoles et les usines d'épuration des eaux, notamment, sont restés sans électricité.

"Le premier générateur a commencé à fonctionner, le second va suivre et d'ici ce soir la compagnie sera capable de produire près de 60 mégawatts", a précisé M. Dirsawi.

Le directeur adjoint de l'Autorité de l'énergie de Gaza, Fathi al-Cheikh Khalil, a déclaré que ces livraisons permettraient de diviser par deux le nombre d'heures sans courant.

Sur requête de l'ONU, Israël a livré du fioul à Gaza pour le chauffage domestique et activer les pompes pour drainer l'eau des rues après les inondations. Le fioul a été financé par des fonds qataris, attendus de longue date.

Selon le responsable de l'Autorité palestinienne pour les approvisionnements de Gaza, Raëd Fattouh, Israël devait transférer dimanche 450.000 litres de fioul vers la centrale.

Le territoire palestinien devait aussi recevoir 800.000 litres de diesel pour les transports et 200 tonnes de gaz domestique dans les prochains jours, a précisé l'armée israélienne.

- 14.000 foyers sans électricité à Jérusalem -

C'est l'Autorité palestinienne, basée à Ramallah et qui gouverne les zones autonomes de Cisjordanie, qui coordonne les transferts de biens et de marchandises à Gaza, en l'absence de relations entre Israël et le Hamas.

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), plus de 10.000 personnes avaient dû être évacuées vers des abris ou chez des parents.

Un journaliste de l'AFP a rapporté que le niveau d'eau, qui par endroits dépassait un mètre, avait baissé, mais que de nombreux habitants étaient encore bloqués.

Les écoles et les universités de Gaza devaient néanmoins rouvrir lundi.

De très violentes intempéries ont également touché ces derniers jours la Cisjordanie et Jérusalem, paralysée pendant le week-end par des précipitations record de neige.

La Cisjordanie, elle aussi, a subi de longues coupures de courant et de lignes téléphoniques.

Ecoles et administrations sont restées fermées dimanche.

De nombreuses routes sur les collines environnant Ramallah étaient toujours bloquées et même si des bulldozers ont enlevé les congères, les véhicules ne pouvaient circuler que sur une file, entraînant de nombreux embouteillages, selon des témoins.

La tempête de neige a pris fin samedi soir mais beaucoup de rues de la Ville sainte demeuraient impraticables dimanche, contraignant les écoliers à rester chez eux à Jérusalem et dans la région alentour.

Les grandes artères de la cité ont été rouvertes à la circulation automobile dans l'après-midi, et les transports publics ont repris mais de façon limitée.

La Compagnie électrique israélienne a indiqué que 14.000 foyers étaient toujours privés d'électricité dimanche soir.

Le Conseil des ministres hebdomadaire a été retardé de plusieurs heures à cause des mauvaises conditions météo.

Ces intempéries exceptionnelles avaient obligé les autorités israéliennes à autoriser exceptionnellement samedi des trains à rouler pendant le shabbat alors que tous les transports publics s'arrêtent habituellement pour le jour de repos hebdomadaire juif.

Des députés ont réclamé dimanche une enquête parlementaire sur l'état d'impréparation du pays face à ces calamités naturelles.

bur-vl-agr/sst/hj

PLUS:hp