NOUVELLES
15/12/2013 10:22 EST | Actualisé 14/02/2014 05:12 EST

Le maire Rob Ford au centre d'un accrochage entre Jim Flaherty et Jason Kenney

OTTAWA - Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, s'est fait peu bavard au sujet d'une nouvelle selon laquelle il aurait eu des propos cinglants à l'endroit d'un collègue du cabinet conservateur qui avait critiqué le maire de Toronto, mais a laissé sous-entendre que le tout était lié au «territoire politique».

Selon le réseau CBC, M. Flaherty a confronté Jason Kenney à la Chambre des communes le mois dernier, après que le ministre de l'Emploi eut réclamé la démission de Rob Ford.

Citant des sources non identifiées venant du cabinet et du caucus conservateurs, la CBC a déclaré que M. Flaherty a lancé des jurons à l'endroit de M. Kenney et l'a sommé de ne pas faire de commentaires au sujet de M. Ford, que le ministre des Finances considère comme un ami proche.

Selon la CBC, des collègues ont dû séparer les deux hommes.

Aucun des deux ministres n'a nié qu'un incident avait eu lieu.

M. Flaherty, qui est le ministre responsable de la région de Toronto, a laissé sous-entendre que M. Kenney, lui-même ministre responsable pour le sud de l'Alberta, devrait se concentrer sur ce qui se passe dans son coin de pays.

«Vous savez, je suis le ministre pour la grande région de Toronto. Je ne fais pas de commentaires au sujet du maire de Calgary», a-t-il déclaré à des journalistes au moment où il arrivait en vue d'une rencontre avec ses homologues provinciaux.

De son côté, M. Kenney a récemment déclaré au réseau CBC «qu'il y aura toujours des désaccords» mais qu'il s'entend bien avec M. Flaherty.

M. Kenney a causé un certain étonnement le mois dernier lorsqu'il a déclaré que M. Ford devrait remettre sa démission en raison, entre autres, des allégations de consommation de drogue du maire de Toronto véhiculées au cours des derniers mois.

Il s'est fait beaucoup plus cinglant que le premier ministre Stephen Harper qui s'est contenté d'une déclaration dans laquelle il disait ne pas approuver l'usage illégal de drogue.

PLUS:pc