NOUVELLES
14/12/2013 09:49 EST | Actualisé 13/02/2014 05:12 EST

Coupe du monde messieurs - Val d'Isère/géant: déclarations

Marcel Hirscher (AUT, 1er): "Vous me rappelez que c'est mon 4e succès ici, le 7e podium aussi. Je ne m'intéresse pas trop aux statistiques à ce stade de ma carrière. Je pense d'abord à skier. En m'élançant, j'ai entendu la foule qui acclamait Thomas (Fanara, parti juste devant lui). Je savais que, derrière moi, il y avait encore Stefan (Luitz) et Alexis (Pinturault) à s'élancer. Et qu'il fallait donc que je produise mon meilleur ski pour être devant. Il y a quatre ans, pour la première victoire en Coupe du monde, ici, je me souviens que c'était fou. Les trois du podium, nous avons tous bien skié. Mais il restera l'interrogation de Ted (Ligety, éliminé en 1re manche). Nous aurait-il précédés comme il en avait pris l'habitude ces derniers mois? Ce qui me plaît ici, c'est la pente. Je ne suis ni le plus lourd, ni le plus costaud et pourtant elle me convient.

Stefan Luitz (GER, 3e): "C'est évidemment un grand plaisir d'être sur le podium à nouveau. Je m'étais blessé le 20 février dernier au ligament croisé du genou droit. Alors je remercie toute l'équipe médicale mais aussi mes proches. Quatre mois plus tard, je faisais mon retour sur les planches. Remonter sur le podium dix mois après cet accident, c'est fantastique. On a une bonne équipe de techniciens et une excellente ambiance. C'est très motivant. Comme l'a dit Marcel (Hirscher), c'est une piste très sélective. J'aime les courtes distances entre les portes. C'est un de mes objectifs de progresser en slalom. Autrefois j'avais une bonne dose de confiance dans cette discipline. L'an dernier, j'étais passé ici de la 25e (après la 1re manche) à la 2e place finale. Aujourd'hui, je découvrais une nouvelle situation, avec de l'attente Je suis resté relâché et focalisé sur ma course. C'est plutôt positif".

Alexis Pinturault (FRA, 4e): "Une petite faute avant le 1er intermédiaire. Je ne sais pas si c'est ça qui a cassé mon rythme. La faute m'a peut-être empêché de me relâcher. C'est difficile de reprendre la ligne dans le mur. Pourtant j'avais senti que j'étais plutôt bien parti. Je fais aussi un bon bas. Quatrième, c'est rageant. Le tracé (de la seconde manche)? Non il n'était pas si différent du premier même s'il enfilait un peu plus dans la partie haute. En arrivant en bas, je savais que je n'avais pas fait une manche parfaite mais je ne pensais pas être si loin. Cette place est un peu amère quand on est en tête de la première manche. Etre premier, ça ajoute évidemment un peu de pression. Quand je suis premier, ça me pose des problèmes, pas quand je suis un peu en retrait. On va essayer de rectifier ça. Je vais essayer d'être meilleur demain (en slalom)".

asc/jgu

PLUS:hp