NOUVELLES
13/12/2013 04:36 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Wall Street, réticente à parier gros avant la Fed, monte un peu

Wall Street a fini en légère hausse vendredi, soucieuse de ne pas prendre trop de risques à l'approche d'une réunion de la Banque centrale américaine (Fed) à gros enjeux: le Dow Jones a grignoté 0,10% et le Nasdaq 0,06%.

Selon des résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones s'est adjugé 15,93 points à 15.755,36 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 2,57 points à 4.000,97 points, les deux indices ayant oscillé entre gains et pertes tout au long de la séance.

L'indice élargi S&P 500 a de son côté cédé 0,01% (-0,18 point) à 1.775,32 points.

"Les courtiers sont vraiment dans un mode attentiste. L'année a été très bonne pour le marché actions. Ils ne voient pas de raison de prendre des risques supplémentaires avant la réunion de la Banque centrale américaine la semaine prochaine", soulignait David Levy de Kenjol Capital Management. "On fait face à une grève des acheteurs plutôt qu'à une arrivée en force des vendeurs".

Alors que le S&P 500 est déjà en hausse de près de 25% depuis le début de l'année, "personne ne ressent plus le besoin de partir à la chasse aux meilleurs rendements", confirmait Mace Blicksilver de Marblehead Asset Management.

Le seul élément qui pourrait d'ici fin décembre ébranler les marchés est à ses yeux la réunion de la Fed la semaine prochaine.

L'institution annoncera mercredi, au terme de deux jours de réunion, sa décision quant aux 85 milliards de dollars de rachats d'actifs qu'elle effectue actuellement chaque mois dans le but de soutenir la reprise économique, une mesure qui a nettement profité à Wall Street depuis le début de l'année.

Au vu des récents indicateurs sur l'économie américaine, plutôt positifs, certains prédisent que la Fed commencera à mettre un frein à ses largesses.

Pour David Levy, ce n'est pas tant la diminution du programme de rachats d'actifs de la Banque centrale que les investisseurs redoutent mais le flou entourant la façon dont cela se fera.

"On sait que la Fed ne peut pas continuer éternellement à acquérir des titres", remarquait-il. Mais cette mesure "n'a jamais été mise en oeuvre auparavant et on n'a aucune idée des effets de la stratégie de repli".

Les investisseurs ont quand même été un peu rassérénés par l'adoption jeudi par la Chambre des représentants américaine d'un budget pour 2014 et 2015.

Si ce projet est entériné la semaine prochaine par le Sénat, cela repoussera le spectre des crises à répétition qui ont marqué les trois dernières années aux Etats-Unis et entraîné à chaque fois une grande fébrilité parmi les investisseurs.

Le marché obligataire a terminé en hausse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,868% contre 2,877% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,873% contre 3,897% à la clôture précédente.

jum/sl/sam

PLUS:hp