NOUVELLES
13/12/2013 07:22 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Russie: une journaliste d'opposition et son journal condamnés à 25.000 euros d'amende

L'une des plus célèbres journalistes russes d'opposition, Zoïa Svetova, et son hebdomadaire The New Times ont été condamnés vendredi à un peu plus d'un million de roubles d'amende (environ 25.000 euros) pour "diffamation" à l'encontre de deux juges.

Reprenant l'expertise d'un site spécialisé dans la dénonciation des plagiats et fraudes dans les thèses universitaires, Mme Svetova avait affirmé dans un article qu'un juge de Moscou, Dmitri Gordeiouk, s'était très largement inspiré des travaux d'un autre juge pour écrire sa thèse, en général sans le citer, une pratique considérée comme une faute grave.

Le site Dissernet, qui a déjà identifié de nombreux responsables politiques dont les travaux universitaires reprenaient frauduleusement d'autres travaux sans les citer, avait observé que la moitié de la thèse du juge était plus ou moins copiée sur le travail d'un autre juge.

Les deux juges concernés avaient porté plainte pour "diffamation".

Le juge dénoncé par Dissernet, Dmitri Gordeiouk, est l'un de ceux qui sont chargés de l'affaire des opposants inculpés pour "troubles massifs à l'ordre public" lors de manifestations à Moscou en 2012.

Il fait partie d'une "liste noire" établie par l'opposition de juges, procureurs et enquêteurs accusés d'appliquer dans cette affaire une justice politique, aux ordres du Kremlin.

The New Times a été condamné à verser 1 million de roubles (22.000 euros) et Mme Svetova 100.000 roubles (2.200 euros). Spécialiste des affaires judiciaires, Zoïa Svetova a révélé ces dernières années de nombreux cas où la justice et les droits de l'homme ont été bafoués.

"C'est un cas sans précédent. Cette condamnation constitue une violation de la liberté de la presse. C'est une vengeance contre les journalistes et un signal donné aux autres juges", a estimé Mme Svetova à la sortie du tribunal.

La journaliste a annoncé qu'elle ferait appel et irait si nécessaire jusqu'à la Cour européenne des droits de l'Homme.

Au cours de l'audience, qui a duré quelques heures et à laquelle n'assistaient ni les plaignants ni leurs avocats, le juge chargé de l'affaire a refusé de procéder à une comparaison des deux thèses et a refusé d'entendre plusieurs témoins de la défense.

The New Times est un des rares médias d'opposition de presse écrite en Russie, qui a lancé récemment un appel pour solliciter de nouveaux abonnements face à une situation financière fragile.

nm/lpt/abk

PLUS:hp