NOUVELLES
13/12/2013 03:45 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Rob Ford refuse de commenter l'avis en diffamation déposé par un journaliste

TORONTO, Cananda - Rob Ford refuse de commenter l'avis en diffamation déposé à son endroit par un journaliste, qui accuse le maire de Toronto d'avoir insinué qu'il serait pédophile dans une entrevue télévisée.

M. Ford a refusé de répondre aux questions sur l'avis en diffamation déposé par Daniel Dale, journaliste au «Toronto Star», qui demande au maire de s'excuser et de rétracter ce que M. Dale qualifie d'«insinuation mensongère».

Le frère du maire ne considère pas que M. Ford doive des excuses à M. Dale.

Le conseiller Doug Ford affirme qu'il n'est «pas si sûr» de ce que voulait dire son frère par ses commentaires, mais selon lui, ils visaient le «Toronto Star».

Il ajoute que ce journal est une entreprise «blessante» qui, selon lui, utilise M. Dale comme un appât pour attirer les lecteurs.

Dans l'entrevue en question, diffusée lundi, Rob Ford a dit à l'animateur Conrad Black que M. Dale avait commis la pire atteinte à sa vie privée en mai 2012, lorsque, selon lui, le journaliste s'est introduit dans sa cour arrière pour prendre ses enfants en photo.

«Je ne veux pas dire le mot, mais cela nous pousse réfléchir à ce qui intéresse cet homme», a dit le maire.

Le lendemain de l'entrevue, il a clamé qu'il maintenait «chaque mot» de cet entretien.

M. Dale a affirmé n'avoir jamais pris la famille, la maison ni même la propriété du maire en photo, ce qu'une enquête policière a confirmé.

L'avis en diffamation est la première étape du processus de poursuite en diffamation. Si Rob Ford refuse de s'excuser et de retirer ses commentaires, a indiqué M. Dale, il devra se préparer «à répéter ses mensonges sous la menace de parjure» devant la cour.

Il a affirmé avoir porté plainte à contrecoeur et seulement parce que M. Ford répète des mensonges sur ce qui s'est réellement passé ce jour-là.

PLUS:pc