NOUVELLES
13/12/2013 11:11 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Kerry: possible de concilier "sécurité d'Israël et souveraineté palestinienne"

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a jugé vendredi possible de concilier les aspirations d'Israël à la sécurité et des Palestiniens à la souveraineté dans le délai imparti de neuf mois, au terme d'une nouvelle visite au Proche-Orient.

"Nous travaillons sur une approche qui garantit la sécurité d'Israël tout en respectant complètement la souveraineté des Palestiniens. Nous gardons espoir de parvenir à cet accord sur le statut final", a déclaré M. Kerry à la presse à Tel-Aviv avant son départ, selon le compte rendu communiqué par le département d'Etat américain.

"Notre objectif demeure ce qu'il a toujours été, que les Palestiniens et les Israéliens parviennent à un accord sur le statut final, pas un accord intérimaire, un accord de statut final", a-t-il insisté, balayant les spéculations à ce sujet.

"Et les deux parties demeurent engagées à remplir leurs obligations de rester à la table pour négocier intensivement pendant la période de neuf mois que nous avons fixée" lors du lancement des pourparlers fin juillet, a ajouté le chef de la diplomatie américaine.

"Nous ne parlons pas pour le moment de changements (de calendrier) et la prochaine tranche de (libération par Israël de) prisonniers est prévue le 29 décembre et aura lieu à cette date", a-t-il assuré, en réponse à une question sur une éventuelle modification du calendrier.

M. Kerry a précisé que le général John Allen, conseiller spécial pour le Moyen-Orient, avait exposé jeudi soir au président palestinien Mahmoud Abbas son plan de sécurité pour la Cisjordanie après la conclusion d'un accord de paix.

M. Abbas a rejeté ces idées "à cause de la présence de l'armée israélienne" en territoire palestinien même après un accord de paix, a indiqué à l'AFP une source palestinienne proche du dossier.

Avant de repartir en direction de l'Asie du Sud-Est, le chef de la diplomatie américaine s'est entretenu vendredi matin à Jérusalem avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

M. Netanyahu exige qu'un Etat palestinien soit démilitarisé et qu'Israël puisse y garder des troupes à long terme dans la vallée du Jourdain, à la frontière avec la Jordanie.

Les Palestiniens refusent toute présence militaire israélienne sur leur territoire après un accord de paix mais acceptent une force internationale, une solution rejetée par Israël qui insiste sur la nécessité de pouvoir "se défendre lui-même par lui-même".

bur-sst/agr/fcc

PLUS:hp