NOUVELLES
13/12/2013 11:50 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Fin des plaidoiries dans le procès des meurtriers présumés du soldat Rigby

La fin des plaidoiries dans le procès des meurtriers présumés du soldat britannique Lee Rigby, tué à Londres en mai, a été précipitée vendredi par le choix du deuxième accusé de ne pas s'exprimer devant le tribunal de l'Old Bailey à Londres.

Alors que le premier accusé, Michael Adebolajo, s'est longuement exprimé à la barre, son complice, Michael Adebowale, a décidé de se taire, ouvrant la voie à une conclusion du procès dès la semaine prochaine.

"Cela signifie que les plaidoiries sont achevées, puisque le deuxième accusé a choisi de ne pas s'exprimer et qu'aucun témoin ne sera appelé à comparaître", a expliqué le juge Sweeney au jury.

Les conclusions sont désormais attendues la semaine prochaine dans ce procès où les deux Britanniques convertis à l'islam ont plaidé non coupable du meurtre de Lee Rigby le 22 mai en plein jour dans une rue de Londres.

Les deux hommes sont accusés d'avoir renversé leur victime en voiture, de l'avoir lardé de coups de couteau et presque décapité avec un hachoir.

Sur une vidéo amateur prise juste après le crime par un passant, le premier suspect a expliqué avoir voulu venger les "musulmans tués par des soldats britanniques".

Dans sa déposition lundi, il a dit "adorer Al-Qaïda". "Enfant, je n'ai jamais pensé tuer un homme. Ce n'est pas le genre de choses à laquelle un gamin ordinaire pense", mais "à partir du moment où je suis devenu un moudjahid, j'ai pris conscience que je pourrais peut-être tuer un soldat", avait-il ajouté.

Le meurtre du soldat, qui rejoignait à pied et en civil sa caserne dans le quartier londonien de Woolwich, a provoqué une vive émotion au Royaume-Uni. Il a eu lieu en milieu de journée sous les yeux de nombreux passants, dont certains ont filmé la scène avec leur téléphone portable.

jk/mc/sym

PLUS:hp