NOUVELLES
13/12/2013 10:49 EST | Actualisé 12/02/2014 05:12 EST

Cisco investira 4 milliards $ en Ontario

Bloomberg via Getty Images
Cisco Systems Inc. signage is displayed outside of the company's headquarters in San Jose, California, U.S., on Tuesday, July 12, 2011. Cisco Systems Inc., the largest networking-equipment company, may cut as many as 10,000 jobs, or about 14 percent of its workforce, to revive profit growth, according to two people familiar with plans. Photographer: David Paul Morris/Bloomberg via Getty Images

TORONTO - Les libéraux de l'Ontario vont verser 220 millions $ au géant de la haute technologie Cisco Canada au cours de la prochaine décennie afin de créer des emplois dans la province, alors que des entreprises ayant reçu des subventions du gouvernement s'apprêtent à y fermer des usines.

Kellogg's et Novartis viennent en effet d'annoncer la fermeture prochaine d'usines en Ontario, ce qui donnera lieu à la perte de plus de 800 emplois.

Il s'agit d'un coup dur pour le secteur manufacturier ontarien, qui a également vu Heinz annoncer la fermeture de son usine de tomates de Leamington, mesure qui se traduira par la mise à pied de 740 travailleurs.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a annoncé vendredi avoir conclu une entente de 10 ans avec Cisco, entente qui, selon elle, permettra la création de 1700 emplois et fera passer les effectifs de l'entreprise dans la province à 3000 personnes au cours des six prochaines années, et à 5000 d'ici 10 ans.

«Il est très important de comprendre que des emplois comme ça attirent d'autres emplois», a-t-elle déclaré depuis les bureaux de Cisco au centre-ville de Toronto.

«D'autres emplois sont nécessaires pour soutenir ce genre de haute technologie. Je crois donc qu'un brillant avenir nous attend à cause de centres de création comme ça», a-t-elle ajouté.

Cisco, qui vend des routeurs, des interrupteurs, des logiciels ainsi que des services aux entreprises et agences gouvernementales, a de son côté indiqué avoir l'intention d'investir jusqu'à 4 milliards $ en Ontario au cours des 10 prochaines années.

Mme Wynne a affirmé que l'entente comportait des clauses liant la création d'emploi et le maintien de l'emploi au rendement.

«Il est très clair aux yeux de tout le monde que cet argent est subordonné aux emplois créés et maintenus», a-t-elle déclaré.

Le président de Cisco Canada, Nitin Kawale, a quant à lui indiqué que l'entreprise créerait des emplois de valeur élevée qui stimuleraient l'économie ontarienne.

«Nous investissons en Ontario parce que la province produit de jeunes et intelligents diplômés», a-t-il dit.

«L'Ontario a une économie stable et l'Ontario compte des gens talentueux, innovateurs et qui travaillent fort», a ajouté M. Kawale.

Les progressistes-conservateurs ont cependant dit être opposés à ce qu'ils ont qualifié de «bien-être corporatif».

«Dépenser environ 130 000 $ par emploi n'est pas une façon de créer de l'emploi en Ontario. Acheter des emplois n'est pas la voie à suivre», a lancé le porte-parole des progressistes-conservateurs en matière de finances, Vic Fedeli.

Mme Wynne a justifié le bien-fondé de l'investissement de son gouvernement dans Cisco Canada, dont la société mère américaine a réalisé des profits de 2 milliards $ lors de son plus récent trimestre.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'évolution des logos high tech