NOUVELLES
12/12/2013 06:43 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

USA: des écologistes mobilisés contre une levée de la protection du grizzly

Les militants écologistes américains tentent d'empêcher une levée de la protection de l'ours grizzly, affirmant que les bouleversements de son écosystème dus au changement climatique privent cet animal d'une source importante de nutrition.

Les responsables fédéraux et de l'Etat chargées de gérer les populations de grizzlys, un cousin de l'ours brun, dans le parc national de Yellowstone, ont fait mercredi à l'unanimité la recommandation de le retirer de la liste des espèces en danger, ce qui ouvrirait la voie à leur chasse.

Une décision finale du Bureau fédéral de la pêche et de la faune n'est pas attendue avant début de 2014.

Les grizzlys de Yellowstone, qui s'étend sur les Etats du Wyoming, de l'Idaho et du Montana, avaient perdu cette protection du gouvernement fédéral en 2007 après que les services gouvernementaux ont estimé que la population de cet animal avait retrouvé un niveau souhaitable. Elle était alors évaluée à 600 individus contre seulement 175 en 1975, quand il a commencé à être protégé.

Mais les écologistes avaient fait annuler cette décision par la justice.

Ils avaient fait valoir que les autorités fédérales n'avaient pas tenu compte dans leur décision du réchauffement climatique qui a entraîné une forte réduction des forêts de pins à écorce blanche, source importante de nutrition pour les ours.

Le vote mercredi du "comité interagence du grizzly" cherche à revenir sur les décisions de justice en arguant que ces animaux peuvent trouver d'innombrables autres sources de nourriture.

David Mattson, de l'université Yale, un expert des grizzlys, a expliqué jeudi lors d'une conférence de presse que "ce vote ne prend pas en compte la réalité de la situation sur le terrain".

Une étude a montré que 95% des forêts de pins blancs sont touchées par la rouille vésiculeuse et depuis ces dernières années par des insectes qui, avec le réchauffement, ont migré à des altitudes plus élevées où poussent ces arbres, a-t-il ajouté.

Pour Bonnie Rice, une responsable du Sierra Club dans le Montana, plus grande organisation écologique américaine, "l'ours grizzly est sans aucun doute le plus beau et puissant symbole de notre héritage naturel qui, grâce à la protection fédérale, a fait un retour remarquable mais reste encore fragile".

La levée de la protection des loups dans le Montana et l'Idaho en 2011, suivis en 2012 par le Wyoming, avait également provoqué de vives protestations dans les milieux de préservation de la nature mais reste à ce jour en vigueur.

js/gde

PLUS:hp