NOUVELLES
12/12/2013 01:34 EST | Actualisé 10/02/2014 05:12 EST

Nominations politiques : la transparence et la compétence recommandées

Un rapport rendu public jeudi par Québec portant sur les nominations politiques à de hauts postes de la fonction publique souligne que ces choix devraient se faire avec plus de transparence et une meilleure assurance de la compétence des candidats.

Le rapport Perreault met de l'avant plusieurs recommandations concernant les critères éthiques à respecter lors de ce genre de nomination. Il considère, entre autres, qu'il est nécessaire de clarifier les critères de recrutement et d'embauche et de demander une évaluation impartiale des candidats.

Il pense aussi qu'il est nécessaire d'encadrer la pratique de ces hauts fonctionnaires en uniformisant leurs pratiques pour qu'eux-mêmes puissent se targuer d'un comportement éthique.

Le rapport suggère également de clarifier la sécurité d'emploi, la rémunération et les conditions de travail accompagnant ces nominations, lesquelles, ajoute-t-il, dénotent une grande « hétérogénéité de clauses et de pratiques ». Il constate que « cette diversité peut complexifier la gestion des contrats et ouvrir la voie à des négociations qui ne seraient pas nécessairement dans l'intérêt public ».

Le rapport souligne que les nominations politiques sont en légère croissance depuis une dizaine d'années au Québec, et que chez les 600 plus hauts fonctionnaires québécois, plus de la moitié sont issus d'une filière qui n'est pas de la fonction publique.

 

PLUS:rc