NOUVELLES
12/12/2013 08:40 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Mandela: l'interprète en langage gestuel se dit compétent... mais schizophrène

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud - L'interprète en langage gestuel présent sur la scène lors de la cérémonie en hommage à Nelson Mandela, qui a été diffusée partout à travers le monde, affirme être compétent... mais schizophrène.

L'incompétence apparente de l'homme a été dénoncée par plusieurs représentants d'associations de sourds-muets. L'un d'eux a déclaré que les gesticulations de l'homme ne voulaient absolument rien dire.

Dans une entrevue de 45 minutes accordée à l'Associated Press, l'interprète Thamsanqa Jantjie a affirmé avoir eu des visions d'anges qui entraient dans le stade et avoir connu des épisodes violents dans le passé.

Il a expliqué que ses hallucinations ont commencé pendant qu'il traduisait sur scène et qu'il a essayé de ne pas paniquer «parce qu'il y avait des policiers armés autour de moi». Il a ajouté avoir déjà été hospitalisé dans un institut psychiatrique pendant plus d'un an.

Pour sa part, une sous-ministre sud-africaine, Hendrietta Bogopane-Zulu, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'une erreur a été commise lors de l'embauche de M. Jantjie.

La sous-ministre aux Femmes, aux Enfants et aux Personnes handicapées a indiqué que le gouvernement tente de retracer les propriétaires de l'agence qui leur a offert les services de M. Jantjie, mais que «ceux-ci se sont volatilisés». Elle s'est excusée auprès des sourds de la planète pour les agissements de M. Jantjie et a déclaré qu'une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur son embauche.

Plusieurs questions demeurent toutefois en suspens, y compris en ce qui concerne l'existence de la compagnie qui a fourni les services de M. Jantjie, le montant payé à cette entreprise par le gouvernement et qui, au sein du gouvernement, l'a embauché.

Des journalistes de l'Associated Press qui ont visité une adresse fournie par M. Jantjie ont trouvé sur place une compagnie différente, dont les responsables ont dit ne rien savoir au sujet de l'entreprise SA Interpreters. Une femme qui a répondu au téléphone à un numéro lui aussi fourni par M. Jantjie a confirmé qu'elle a déjà travaillé pour la compagnie qui l'a engagé pour la cérémonie commémorative, mais elle a refusé de commenter plus avant et a raccroché.

Lors de sa rencontre avec l'Associated Press, M. Jantjie a affirmé avoir correctement interprété les discours des leaders de la planète, tout en s'excusant pour sa performance.

«J'aimerais offrir mes excuses à tout ceux que j'ai pu offusquer, a-t-il dit. Mais ce que je faisais, c'était ma mission, mon devoir. Je crois que ce que je fais peut faire une différence.»

M. Jantjie a ajouté qu'il devait rencontrer ses médecins, le jour de la cérémonie, pour vérifier l'efficacité de sa médication.

«Ce qui s'est produit ce jour-là, j'ai vu des anges entrer dans le stade... J'ai compris qu'il y avait un problème, a-t-il ajouté. Je n'ai pas su comment réagir. J'étais dans une position très difficile. Il y avait des policiers armés tout autour de moi. Si je panique, je vais devenir un problème. Je dois trouver un moyen de m'en sortir sans plonger mon pays dans la honte.»

M. Jantjie affirme avoir reçu une formation d'un an en langage gestuel dans une école du Cap. Il affirme aussi avoir agi comme interprète lors d'autres événements, sans le moindre problème.

La Fédération des sourds d'Afrique du Sud prétend de son côté avoir déjà porté plainte à son sujet, l'an dernier, lors d'un événement mettant en présence le président Jacob Zuma et plusieurs leaders sud-africains.

Par ailleurs, des gens provenant de partout dans le monde ont continué, pour une deuxième journée mardi, à défiler devant le cercueil de Nelson Mandela dans la capitale sud-africaine, Pretoria. Entre 12 000 et 14 000 personnes se sont présentées mercredi.

Le cercueil est exposé en chapelle ardente dans l'amphithéâtre du siège du gouvernement. Il sera visible pour la dernière fois vendredi et l'inhumation est prévue pour dimanche.

PLUS:pc