NOUVELLES
12/12/2013 11:25 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Mandela, en prison, avait été le 1er avocat lauréat du Prix Ludovic Trarieux

Nelson Mandela avait été en 1985 le premier lauréat du prix européen Ludovic Trarieux, récompensant chaque année un avocat illustrant, "par son oeuvre ou ses souffrances", la défense du respect des droits de l'homme, a rappelé jeudi le fondateur du prix.

Le 29 mars 1985, alors qu'il était détenu à la prison de Pollsmoor, et cinq ans avant sa libération, Nelson Mandela avait obtenu ce prix, que sa fille Zenani Dhlamini Mandela, aujourd'hui ambassadeur d'Afrique du Sud en Argentine, était venue recevoir à Bordeaux (sud-ouest de la France) le 27 avril suivant.

L'ambassade d'Afrique du Sud à Paris avait alors adressé "une sévère lettre de protestation aux membres du Jury", a rappelé jeudi l'avocat bordelais Bertrand Favreau, initiateur du prix portant le nom du fondateur de la Ligue des Droits de l'homme et du citoyen, dans une plaquette-hommage reçue par l'AFP.

"Nous avons été à tes côtés quand la planète dans sa majorité Madiba, t'ignorait ou t'oubliait", observe Me Favreau dans un hommage écrit adressé à l'ancien président sud-africain mort le 5 décembre.

Au passage, cette plaquette juxtapose deux images qui soulignent le chemin parcouru : à la Une du quotidien français Le Monde, la semaine dernière, une photo de Mandela pleine page rend hommage au "Combattant de la Liberté". En 1985, Le Monde avait rapporté la récompense décernée au prisonnier, dans un minuscule entrefilet titré, en italiques : "Un avocat sud-africain lauréat du Prix de l'Institut des Droits de l'homme".

Dans son allocution de 1985, Me Favreau était revenu sur cet aspect moins connu de la vie de Nelson Mandela, "lauréat de la Faculté de Droit, stagiaire dès 1942 dans un cabinet d'avocats blancs", qui "allait être le premier avocat noir d'Afrique du Sud et créer son propre cabinet avec son associé, qui deviendrait un frère de lutte, Oliver Tambo".

"Or, la vie du premier avocat noir de Johannesburg dans les années 45, qu'était-ce ? La confrontation quotidienne avec les avatars impitoyables de la ségrégation raciale, dans son aspect mesquin comme dans sa rigueur législative. Mais plus encore, pour lui, fut-elle avivée par la solitude dans un monde judiciaire exclusivement blanc où il n'était que toléré", avait rappelé Me Favreau.

Le prix Ludovic Trarieux est décerné depuis 1984 par différents barreaux et institut des droits de l'homme de barreaux, comme Bordeaux, Paris, Bruxelles, Luxembourg, Genève, et Berlin notamment.

od/gg

PLUS:hp