NOUVELLES
12/12/2013 09:45 EST | Actualisé 11/02/2014 05:12 EST

Le pétrole en hausse à New York après une baisse des stocks américains

Les cours du pétrole coté à New York rebondissaient à l'ouverture jeudi, le marché digérant la forte contraction des stocks de brut aux Etats-Unis publiée la veille.

Vers 14H20 GMT sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en janvier progressait de 41 cents à 97,85 dollars.

"Le brut rebondit aujourd'hui alors que le reste des marchés financiers --des actions à l'or-- continue de se poser la question angoissante: +la Fed (la Banque centrale américaine, ndlr) va-t-elle réduire ses aides ou pas?+ avant sa réunion de la semaine prochaine", observe Matt Smith de Schneider Electric.

"Après le mouvement de vente d'hier, lié à une progression des réserves de produits distillés et d'essence, le brut redresse la barre mais la hausse devrait être limitée", estime l'expert.

Le département américain de l'Energie a fait état mercredi d'un recul des réserves de brut de 10,6 millions de barils pour la semaine achevée le 6 décembre.

Mais ce chiffre masquait une hausse des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) de 4,5 millions de barils, ainsi qu'une accumulation d'essence dont les stocks ont progressé de 6,7 millions de barils, un signe négatif pour la demande dans le premier pays consommateur d'or noir.

Par ailleurs, si le marché mondial voyait la perspective d'une possible hausse de l'offre en provenance d'Iran, cet espoir était freiné jeudi par de nouvelles tensions entre la République islamique et les Etats-Unis.

Ceux-ci ont annoncé jeudi avoir ajouté sur leur liste noire une dizaine d'entreprises et d'individus, principalement iraniens, soupçonnés de contourner le programme de sanctions internationales contre l'Iran.

Les exportations iraniennes de pétrole brut et de produits condensés ont d'ores et déjà légèrement augmenté en novembre, à 850.000 barils par jour, notamment grâce à la Chine, selon les premières estimations de l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

Les exportations pétrolières de l'Iran vers l'Asie sont désormais plus faciles, l'accord intérimaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances le 24 novembre ayant permis la levée de l'interdiction pour les assureurs européens d'assurer les tankers transportant du brut iranien.

Cet accord maintient toutefois l'interdiction d'exporter du brut vers l'Europe et les Etats-Unis, ce qui écarte une hausse importante des exportations iraniennes dans les prochains mois.

lor/sl/sam

PLUS:hp